• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

Archive pour novembre 2007

80 nouvelles habitations à la Taillette

Jeudi 22 novembre 2007

Fin de l’année prochaine,  se donnera le premier coup de pioche sur l’ancien site minier  » le numéro 5  » rue de la Taillette  pour la construction de 80 logements se présentant sous 3 types: villas 4 façades, maisons 3 façades et appartements sur 2 niveaux. Chaque logement sera aménagé avec un garage. Les travaux s’étendront sur une période d’environ 2 ans. La rue de la Taillette sera équipée d’égouts et sera complètement refaite. Elle sera aménagée avec des trottoirs.

Il faut aussi annoncer les bonnes nouvelles.

A votre service.

Jean-Marie Flamant

Copnseil communal du 14 nov 2007

Vendredi 16 novembre 2007

1. Modification budgétaire numéro 2: Plusieurs questions ont été posées. Trop de ces questions restent sans réponse ou reçoivent des réponses approximatives. Pendant le débat sur ce point, le bourgmestre agacé par mes questions n’a pas hésité à utiliser des moyens déplorables ressemblant à des tentatives d’intimidation pour que je cesse de le questionner. De plus, il n’a pas hésité à proclamer qu’il n’y a qu’à Anderlues que l’on pose des questions de détail sur les articles budgétaires !
Parmi les modifications principales, on notera une nouvelle augmentation des frais de fonctionnement pour les écoles (+ 50000 €), la suppression pure et simple du budget réservé pour la réfection des trottoirs (- 200000 €), le gonflement inexpliqué à ce jour (enquête en cours) des subventions pour frais de fonctionnement des écoles communales (+ 74000 €), un nouveau budget pour l’acquisition du terrain « Fluxys » à la rue Jules Destrée.

2. Renouvellement des taxes pour 2008: pas de modifications essentielles.

3. Installation de l’éclairage public à la ruelle du Facteur.

4. Installation de ralentisseurs à la rue Cortembos. Établissement d’une zona 30 km/heure à la cité Jardin du Fief.

5. Il faut une destination pour le bâtiment « Malterie de l’Etoile » afin d’obtenir les subsides. Le Collège a proposé de l’utiliser comme bureaux communaux, salles de réunion, locaux de stockage, etc. On ne sait pas encore très bien quoi ! Le projet n’est toujours pas rentré à l’urbanisme.

6. Décision de principe de lancer un groupement d’achat pour le mazout de chauffage. Les modalités sont encore à fixer.

7. Pour la piscine, rien de nouveau. Le bourgmestre s’est contenté de confirmer que la phase I était quasiment terminée (on le savait), que la phase II débuterait quand elle débuterait (on s’en doutait, c’est souvent comme ça !), que d’ici fin de l’année, un cahier des charges permettant la désignation de l’auteur de projet serait présenté en conseil communal. C’est tout. A la question de savoir si le litige opposant l’auteur du projet et la commune d’Anderlues risquait de reporter la date d’ouverture de la piscine, le bourgmestre donne une réponse formelle : NON !
On notera que le bourgmestre n’hésite pas à désavouer ses échavins qui ont déclaré à travers les médias que les travaux de la phase II étaient compromis et que de toute manière il y aurait un retard important dans la suite des travaux. Je partage la deuxième partie de cette affirmation.

Je vous remercie pour votre attention.

Jean-Marie Flamant

CCATM – Commission Consultative d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité

Samedi 10 novembre 2007

Je vous avais annoncé lors d’un précédent article un commentaire sur la problématique de la constitution de la commission.

Pour Anderlues, la commission est composée de 12 membres + un président. Un quart des membres (c’est-à-dire 3 sur 12 ) sont issus du conseil communal. Les 9 autres membres ainsi que le président sont choisis par le conseil communal parmi les candidats qui ont remis leur candidature à l’administration.

Les membres issus du conseil doivent représenter  proportionnellement la Majorité et la Minorité. La répartition est donc mathématique. La Majorité a choisi parmi ses conseillers Mademoiselle Valérie Blairon et Monsieur Jean Camille Carbonetta; la Minorité a choisi par 6/7 votes votre serviteur Jean-Marie Flamant.

Pour les autres membres et le président, revenons d’abord à l’appel à candidatures. Un premier appel fut lancé et 11 personnes ont transmis leur candidature. Il y avait donc assez de condidats pour répondre aux 10 postes à pourvoir. Trop simple, c’était sans compter sur l’embarras de notre bourgmestre et de ses amis de ne pas voir parmi les 11 candidats les fidèles des fidèles. On décide donc de lancer un deuxième appel. Là, 15 nouveaux noms apparaissent parmi lesquels il y a cette fois-ci suffisamment de candidats « éligibles ».

Avant de vous révéler le résultat du vote, sachez encore que la circulaire ministérielle demande avec insistance de choisir des personnes couvrant les tranches d’âges, couvrant les zones géographiques, et surtout regroupant un maximum de compétences.

Le résultat des votes est éloquent: Parmi les 10 membres élus, 9 sont issus du deuxième appel. Les membres élus sont :

Janssens Maxime, ingénieur, 33 ans, Impasse Conreur
Clemmens Jennifer, 23 ans étudiante architecte, rue Cardinal Mercier
Petit Maude, 22 ans, étudiante immobilière, rue Vandervelde
Poliart André, 63 ans, enseignant retraité, rue du château d’eau
Chapelle Philippe, 49 ans, infépendant, rue à Dettes
Guerlement Francis, 62 ans, architecte, rue du Douaire
Gasbarro Gianni, 35 ans, architecte, rue Culot Fayt
Zbierski Laurence, 36 ans, responsables espaces verts, rue de la Folie
Rizzo Romina, 24 ans, agent immobilier, rue d’Espagne,
Baccati Franco, 46 ans,  indépendant, rue Boniface

Le dernier nommé a été élu président.

Sans m’étendre sur la couverture géographique plus que médiocre, et sans m’autoriser à formuler des jugements sur la compétence des membres élus, laissez-moi vous faire remarquer qu’il y a parmi les élus, trois architectes et deux agents immobiliers. A l’inverse, parmi les élus, on ne trouve pas d’agriculteur, pas d’ouvrier. On se passe aussi des services précieux d’un ingénieur spécialisé en Mobilité (denrée rare) 

Autre anomalie me semble-t-il : l’acceptation de la candidature d’un conseiller communal qui devient finalement président de la commission.
Cela me paraît anormal pour la raison suivante: la circulaire prévoit déjà la représentation du conseil par l’élection directe d’un quart des membres. Cette situation donne finalement trop de poids à l’autorité communale ce qui est contraire à l’esprit de la circulaire.

Clientélisme oblige.

Merci de votre bonne attention.

JM Flamant

Et la piscine d’Anderlues ???

Mercredi 7 novembre 2007

Je viens de recevoir la convocation pour le prochain conseil communal initialement prévu le 6 novembre, puis reporté au 14 novembre. Et rien, trois fois rien sur la piscine.

Cette situation me paraît excessivement grave, car les semaines passent et plus rien avance. Je rappelle que la lettre du ministre Courard enjoignant la commune d’Andeerlues à lancer un appel d’offres avec publicité pour désigner un auteur de projet pour les travaux de la phase II date du 04 octobre. Un avis allant dans le même sens avait déjà été émis oralement quelques semaines plus tôt lors d’une conversation téléphonique entre notre bourgmestre et un fonctionnaire de la Tutelle.

Cet immobilisme n’a qu’un seul effet: retarder la réouverture de la piscine.

Vous devez savoir que pour redémarrer la procédure, il suffit d’établir un document (quelques heures de travail pour l’administration communale) à soumettre au conseil communal avant de lancer l’appel d’offres public qui prend un délai de 37 jours. Après ce délai, l’auteur de projet est choisi et on peut travailler.

Ce fameux document indispensable à l’appel d’offre aurait pu être rédigé depuis près de deux ans, quand Michel Dardeen a remballé le projet complet à la commune d’Anderlues en lui demandant de scinder les travaux en deux phases. La phase I avait été dégagée de ce projet global, retransmise au Ministre, acceptée par ce dernier et traitée normalement par la suite.

Par ailleurs, les déclarations des uns et des autres, selon lesquelles le retard (sous-entendu, causé par une opposition irresponsable -mais néanmoins attentive-) risque de déboucher sur une perte des subsides est tout à fait farfelue. Je me permets de citer ci-après le Ministre Courard:   [ … Du point de vue de l’attribution des subsides, à défaut de régularisation, je crains que la Région Wallonne ne puisse accorder les 5 % de subsides qui sont en principe réservés aux honoraires de l’auteur de projet, sans préjudicede la subsidiation des travaux proprement dits de la seconde phase, vu l’irrégularité touchant à ce marché de services. ]

Voilà la réalité des faits.

Merci de votre bonne attention.

JM Flamant