Archive pour mars 2008

Piscine d’Anderlues: toujours rien !

Dimanche 30 mars 2008

Dans un peu plus d’un mois, il y aura un an que les autorités de notre commune passaient, en toute illégalité, commande à l’auteur de projet pour l’étude de la phase II « étendue » des travaux de réhabilitation de notre piscine.

Le 4 octobre 2007, Le Ministre Courard, sur base de ma réclamation appuyée par une autre du groupe MSJC dénonçant certaines anomalies, envoyait un courrier officiel à la commune lui signifiant l’illégalité du marché (mode de passation inadéquat) et l’enjoignant de lancer un nouvel appel à la concurrence pour débloquer la situation.
Depuis, plus rien, si ce n’est une tentative d’arbitrage, par avocats interposés, entre la commune et l’auteur de projet qui, apparemmt, se sent floué puisqu’il avait déjà, sur base d’une commande antérieure, toute aussi illégale d’ailleurs, entrepris une grande partie des études de la phase II en question.
Sans prendre une position formelle, on peut comprendre la réaction de l’auteur de projet qui s’était simplement contenté, jusque là, d’honorer une commande qu’il avait enregistrée, sans se soucier du mode de passation de ladite commande.

Résultat des courses : Aucun espoir, pour nos sportifs, pour nos écoliers, pour Monsieur et Madame Toutlemonde, de retrouver rapidement des installations en ordre de fonctionnement.

Force est de costater, qu’une nouvelle fois, notre Bourgmestre et son Collège démontrent leur incapacité à gérer efficacement notre commune.

Bien à vous.

Jean-Marie Flamant

Dotation aux communes

Mardi 25 mars 2008

La Région Wallonne vient de décider l’augmentation de sa dotation aux communes. 

Pour corriger un tant soit peu les chiffres annoncés par nos responsables communaux, voici des informations plus officielles.

Dot minimale  garantie 2008 :  2970000 €
Dot après réforme 2008 :          3140000 €
                                 2009 :          3318000 €
                                 2010 :          3490000 €
                                 2011 :           3840000 €
                                 2012 :           3910000 €

Attention, ces chiffres sont exprimés en euros courants ( inflation comprise ). Les 31 % d’augmentation théorique à l’horizon 2008, retombent, à peu près  de moitié si on exprime les chiffres en euros constants.

A votre disposition.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal du 18 mars 2008

Mercredi 19 mars 2008

Dans les points principaux traités lors de ce conseil, on notera l’adoption des cahiers des charges pour la rénovation des rues de la Taillette, de la Gripelotte et du Fief. Pour la première nommée, il s’agit d’une reconstruction complète avec le placement d’égouts. Pour les deux autres, il s’agit surtout de travaux d’égouttage.

Le point 7 traitait de l’attribution du marché de rénovation de la rue d’Espgne. Bien que les travaux soient réalisés depuis plus de six mois, c’est ce 18 mars 2008, que le collège communal a le toupet de demander l’accord du conseil pour attribuer ce marché. De plus, le collège nous dit qu’il n’y avait qu’une seule offre, alors qu’il avait choisi délibérément de ne consulter qu’une seule entreprise (celle qui avait eu la commande de la réfection de l’agouttage de cette même rue).
Je ne mets nullement en cause le bien-fondé des travaux entrepris mais seulement la forme et l’amaturisme du collège communal et plus particulièrement, cette fois, de l’échevin des travaux.
Si encore, l’intéressé avait fait amende honorable en présentant cette demande comme étant une régularisation d’une procédure qui n’avait pas été respectée en temps voulu, j’aurais sans doute réagi autrement. Non, au contraire, on persiste, on s’enferme en répondant à des questions que personne ne posent. J’ai apprécié la réaction de l’échevin des finances, qui, suite à mon intervention, a reconnu le manquement.
Le court et le long de cette nouvelle péripétie, c’est que l’équipe en charge de la conduite de notre commune montre son incapacité à remplir sa tâche.

Le point 8 traitait d’un autre manquement de l’équipe dirigeante.
De 1999 à 2007, la commune n’a payé aucune consommation de gaz et d’électricité pour les locaux du centre culturel. C’est l’ancien locataire (dont je tairai le nom et ce, à sa demande expresse) qui payait indûment les factures.
Une convention a été signée entre l’ancien locataire et la commune pour que cette dernière ne paie qu’une partie du préjudice.
Au-delà du fait, qui est l’exemple même du mauvais management de notre commune, on a pu remarquer que le centre culturel qui, en tant que bâtiment, n’est autre qu’une maison d’habitation à deux façades, sans machine à laver, sans cuisinière, sans fer à repasser, etc, etc, consomme 3 à 4 fois plus d’énergie qu’un ménage mpyen. Nouvelle preuve de la bonne gestion en  » bon père de famille « !
On comprend aisément pourquoi maintenant, le collège a demandé le huis-clos. Si cela arrange l’autre partie, ça arrange surtout bien notre collège - même s’il s’en défend - et plus particulièrement son échevin en charge de la culture.

Un autre point traitant de la prolongation de réserves de recrutement (pas de noms, huis-clos oblige), a mis en évidence une politique de gestion du personnel pour le moins étonnante. Selon notre bourgmestre, elle n’est pas propre à notre commune. Cela ne retire rien à la problématique.
Dans ma candeur naïve, je crayais qu’une réserve de recrutement consistait à posséder une liste de candidats qui avaient, à un moment donné, postulé pour un emploi. Liste dans laquelle on allait puiser au fur et à mesure des besoins pour autant que les candidats soient toujours disponibles.
Non, pas di tout. La plupart des personnes qui figurent sur ces listes, font partie du personnel communal en tant que « contractuels ». Cela signifie qu’elles ne sont pas protégées par une nomination et que leur avenir peut dépendre du bon vouloir des chefs. Cela signifie également que ces personnes n’ont pas accès aux promotions. Cela me paraît profondément injuste. Signalons encore que certains sont dans cette situation depuis plus de dix ans.
De deux choses l’une, ou bien ces personnes conviennent, et elles doivent être nommées, ou bien, elles ne conviennent pas (peu probable, car si tel était le cas, on le saurait depuis très longtemps), et il faut les remercier.

Dans les divers, je suis revenu sur le sujet « feux des 4 pavés » pour lequel, j’avais dénoncé, à la tutelle, l’irrégularité de la passassion de marché en août 2007, le Ministre Courard m’ayant donné raison, puisqu’il vient d’annuler les décisions du collège et du conseil  communal.
Ce problème n’est pas simple à résoudre puisque les travaux sont réalisés et payés sur base d’une commande non légale.
Nouvel exemple de bonne geston!

Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant
 
 

Conseil communal du 5 janvier 2008

Samedi 8 mars 2008

L’ordre du jour de ce conseil se résumait, pour ainsi dire, aux budgets du  cpas et de la commune.

En ce qui concerne le cpas, l’intervention communale qui s’élève à 1136000 € pour 2008, est stable par rapport à 2007.
Il faut cependant noter que l’exercice 2007 va devoir être corrigé sérieusement, suite à la découverte d’erreurs d’écritures lors d’exercices antérieurs et également, suite au provisionnement qui va devoir être fait afin de compenser certaines créances douteuses. Cela va dégrader substantiellement le résultat de l’exercice  communal de 2007.
Ces éléments sont consécutifs aux recherches réalisées par le receveur actuel du cpas suite à mes demandes d’explication répétées adressées au collège communal après la présentation tardive des comptes 2006, le 18 décembre 2007.
La cause de cette situation embarrassante est à rechercher dans le manque de rigueur de l’ancien receveur du cpas, actuellement receveur communal.
Pour être complet, et objectif, je me dois de féliciter les responsables du cpas pour leur professionalisme, leur ouverture d’esprit, leur compéétence et leur efficacité.

Coté communal, le budget est présenté avec un mali de 156000 € à l’ordinaire. Le boni cumulé des exercices antérieurs qui était encore de 1950000 € fin 2006 est estimé à 1600000 € pour  2007 et descend  à 1352000 € pour les prévisions 2008. A ce train -là, difficile d’atteindre 2012 sans basculer dans le rouge !
A cette remarque, le bourgmestre répond que les résultats comptables sont toujours meilleurs que les prévisions. Il a raison. Mais quand on  en connaît le pourquoi, il n’y a pas de quoi pavoiser.
Une petite explication ne fera pas de tort.
Au-delà du budget ordinaire, il y a un budget extra-ordinaire qui reprend toutes les dépenses et recettes de l’année relatives à des acquisitions ou à des travaux amortissables, dont le financement est assuré, soit par des subsides, soit par des emprunts, soit par des fonds de réserve et le coût, c’est-à-dire, le remboursement annuel du capital emprunté et les charges d’intérêts, est pris en compte par le budget ordinaire. Cela signifie que, si un projet nécessitant la contraction d’un emprunt, n’est pas réalisé dans l’année, il n’y a évidemment aucune charge d’emprunt à supporter. Et le budget ordinaire s’en voit soulagé d’autant.
voilà l’astuce. Il se fait qu’à l’examen des budgets et des comptes des exercices 2006 et 2007, on constate :
- pour 2006: sur 8513000 € de projets budgétisés, seulement 2983000 ont été réalisés.
- pour 2007, puisque les comptes seront seulement connus en juin prochain, on ne peut faire qu’une estimation. Sur 9725000 € de projets budgétisés, seulement environ 3500000 seront réalisés.

Pour 2008, sur les prévisions ambitieuses, mais non crédibles, de 13532000 € de projets, combien seront menés à bien ?
Voilà le secret des comptes meilleurs que les prévisions.

Maintenant, sur le choix des projets, listés ci-après, il y a aussi des remarques à formuler.
- Assainissement de la Malterie
- Assainissement Gare et entrepôt
- Mise en réseau informatique
- Rénovation trottoirs rue des combattants
- travaux de voirie
- Amélioration éclairage public
- Travaux entretien bâtiments scolaires
- Aménagement du bâtiment culturel
-Terrain synthétique
- Phase II piscine
- Réfection tour St Médard
- Mise en conformité Douaire
- Bâtiment à l’entrée du cimetière
- Programme triennal
- Aménagement de la place paul Pastur

Parmi ces projets, qui sont en grande majorité des projets ponctuels, il en est des inopportuns. J’ai déjà parlé de la Malterie. On pourrait aussi critiquer vertement le projet culturel qui va coûter en plus de l’achat du bâtiment (60000 €) la bagatelle de 650000 € pour mettre le bâtiment (en façade) en conformité et ériger une  » salle de spectacle  » avec une capacité de 60 personnes. Cela fait 11000 € à la personne. Avec ce budget, il y avait moyen de faire beaucoup plus grand et beaucoup plus beau. Anderlues a besoin d’une salle de spectacle digne de ce nom. 

Par ailleurs, on ne trouve, pour ainsi dire, aucun projet qui tendrait à rendre Anderlues plus propre, plus accueillant, plus convivial. Un seul exemple : Trop de voiries ont leurs abords dans un état lamntable.
Une véritable politique d’aménagement des espaces (publics et privés) situés entre les limites de voiries et les façades des habitations ainsi qu’un plan de réalisation à moyen terme doivent être établis sans plus tarder. 

Revenons au budget ordinaire pour dire qu’il reste des gisements en vue de réduire les dépenses. Je n’en retiendrai que deux.
Après un effort – que je salue – le budget enseignement se solde toujours et encore  par un déficit de 300000 €. Il reste 300000 € à économiser (voir autre article à ce sujet sur ce site).
Dans le domaine de la récolte et du traitement des immondices, il y a un énorme travail de réflexion à mener. Si on ne veut pas faire « casquer » le citoyen à hauteur de 250 € par an en 2012, il faut réduire les dépenses d’ici là d’un montant annuel s’élevant à 250000 €.
Je reviendrai plus longuement sur ce sujet dans un prochain article.

 Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant