• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

Archive pour juillet 2008

Conseil communal du 1er juillet 2008

Jeudi 3 juillet 2008

Ce conseil a été consacré essentiellement à l’examen des comptes pour l’année 2007. Sans entrer dans les détails, on observera que l’année se termine avec un boni budgétaire à l’ordinaire pour l’exercice propre de 419000 €. Ce chiffre est trompeur car il est favorablement influencé par des recettes qui avaient été sous-estimées et des dépenses qui ont été évitées par suite de non réalisation du programme repris initialement au budget.
Du coté recettes, si on additionne le supplément pour la dotation aux communes ( + 310000 ) , l’augmentation des impôts et taxes communales ( + 196000 ), ainsi que l’accroissement des dividendes des intercommunales ( + 224000 ), on obtient un supplément de recettes  par rapport aux montants budgétés  de 730000 €.
Par ailleurs, du coté des dépenses, le fait de n’avoir réalisé que 18 % des projets prévus, a un impact important sur les dépenses ordinaires puisque toute une série de charges d’emprunts n’existent tout simplement pas. J’évalue cette réduction de dépenses à environ à 120000 €.
Autrement dit, si la commune avait réalisé tous ses projets et si nous n’avions pas reçu ces recettes supplémentaires, l’exercice, se serait soldé par un mali de ( 730000 + 120000 – 419000 ) soit 431000 €. Il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser.
Pour information, il ne faudra plus compter sur de telles bonnes surprises pour l’exercice 2008. Malheureuszement !

Pour le reste, voici quelques informations :

Toujours pas de décision pour l’utilisation de l’ancien bâtiment du CPAS de la rue Babusiaux. Mais, pendant ce temps-là, on modifie à grands frais les locaux de la commune pour créer de nouveaux bureaux.
Quand y aura-t-il donc dans notre comune une vision globale des problèmes et non pas des décisions au coup par coup ?

Nos ouvriers communaux vont avoir de nouveaux vêtements de travail. Espérons qu’ils soient confortables, pratiques et coquets.

Pour la nième fois, on modifie le cahier des charges du terrain de football en matérieu synthétique. Pour mémoire.

Dans les divers, je suis revenu sur la signification des recettes (environ 200000 € ) que l’ICDI nous a accordées pour l’exercice budgétaire 2008.
Ayant posé cette question, au collège, à trois reprises, et ayant reçu une réponse approximative et non convaincante, selon laquelle ces recettes n’étaient pas récurrentes, j’ai adressé un courrier à la direction d’ICDI, qui m’a répondu endéans la quinzaine, en s’étonnant du fait que le collège d’Anderlues soit incapable de répondre correctement à une telle question. Finalement – et c’est une bonne nouvelle – , contrairement à ce que disait le collège, ces recettes sont à considérer comme récurrentes. Si cela n’avait pas été le cas, il aurait fallu augmenter les taxes immondices d’encore au moins 25 % dès l’an prochain. L’excuse avancée par le Bourgmestre pour expliquer cette cacophonie me laisse pantois. C’est la faute à l’autre secrétaire, qui n’a pas fait son boulot d’information ou de recherche, dit le Bourgmestre.
Tout ce qui va bien, c’est grâce au collège qui travaille (comme Leterme !) et tout ce qui cloche, c’est la faute à l’administration ! Tiens donc !
De deux choses l’une. Ou bien, l’administration est compétente, et c’est l’attitude du collège qui est inacceptable, ou bien, l’administration est globalement incompétente, et dans ce cas, le pouvoir en place – et plus particulièrement sa composante PS – ne peut s’en prendre qu’à lui-même. On ne peut repousser d’un revers de la main, tout un système dont la mise en place a pris des années. Ne comptez pas sue moi – je n’ai d’ailleurs pas les éléments en main – pour dégager le vrai du faux

J’ai aussi rappelé le malaise latent au service Travaux. L’chevin acquiesce. Je ne ferai pas de la démagogie, mais je pense qu’on ne peut pas laisser les choses dans l’état sans explications et sans concertation.
Pour retrouver la sérénité, il me paraît indispensable que le collège réunisse tout le personnel des Travaux pour lui expliciter franchement et clairement ce à quoi les agents peuvent s’attendre et dans quel délai.

Sur ce, je vous souhaite de bonnes vacances et vous remercie pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant