Archive pour août 2008

Aménagement de la rue de la Station à Anderlues

Vendredi 29 août 2008

 Après deux mois de vacances, la vie politique reprend son cours. C’est ainsi que depuis quelques jours, on reparle de l’aménagement de la rue de la Station à Anderlues.
Par souci de cohérence et de transparence, je pense que le mieux est de vous communiquer l’intégralité du courrier que j’ai adressé ce jour au Ministre Antoine ainsi qu’à son chef de cabinet Mr. Walgraffe avec qui j’ai eu un entretien préalable.

 

Voici la copie du texte de la lettre :

Ce mardi 26 Août, j’ai assisté, en tant que conseiller communal et usager régulier des transports en commun, à la réunion des Riverains, organisée par l’administration communale, en vue d’examiner les plans d’aménagement de la rue de la Station à Anderlues. Lors de cette réunion est apparu, de manière flagrante, un malaise profond, à un point tel qu’il s’est dégagé une unanimité parmi les participants pour demander la remise en cause de la présence du tram dans cette rue eu égard à l’accumulation des désagréments qu’il occasionne. Au sein de l’assistance, on pouvait déceler, sans peine, une frustration du fait que l’on invite des Riverains à donner leur avis sur le « comment » d’un projet alors qu’il n’y a jamais eu, au préalable, une consultation sur le fondement même de ce projet. Voilà pourquoi je me permets de vous adresser ce courrier.

L’aménagement de cette rue – de façade à façade – consisterait principalement à repositionner les voies de tram (en double voies) en les plaçant sur amortisseurs, à renouveler les impétrants, à aménager de nouveaux trottoirs en respectant les normes en termes de mobilité, à installer un nouvel éclairage public et à confectionner un nouveau revêtement de la chaussée. Tous ces travaux se feraient au détriment des places de stationnement à un endroit où subsiste encore un petit pôle économique.

La rue de la Station prolonge la rue Paul Janson qui a fait l’objet d’une réfection il y a quelques années. Cette réfection cause malheureusement d’énormes problèmes de mobilité pour les usagers faibles. Par exemple, il est impossible de se déplacer avec une poussette d’enfant sur les trottoirs jouxtant cette chaussée sans emprunter à plusieurs reprises la bande de circulation des véhicules. Ne parlons pas des engins véhiculant les personnes à mobilité réduite!

Le projet « Rue de la Station » fait totale abstraction de ce problème.

A la réflexion, on peut objectivement se demander si la solution globale pour cet axe Paul Janson – Station ne consisterait pas à demander au TEC de fixer le terminus de la ligne 89 – 90 au lieu-dit « Jonction » plutôt qu’au « Monument » (croisement de la rue Paul Janson et de la N 90) ? Cette solution ne présente que des avantages. Elle demanderait bien évidemment une petite modification des lignes de bus 30 et 136 déservant Binche et La Louvière qui devraient passer par la « Jonction », ce qui était d’ailleurs le cas il y a quelques années.

Avantages de la solution:

  1. Le coût de la réfection de la rue de la Station se réduit d’au moins 50 %.

  2. La remise en conformité (qui devra impérativement se faire tôt ou tard) pour répondre aux exigences de mobilité devient possible pour la rue Paul Janson. Et cela à un coût raisonnable.
    La réalisation de ces deux projets (Paul Janson + Station sans tram) pourrait sans doute être menée à bien pour un budget total qui ne dépasserait pas le budget du projet initial relatif à la seule rue de la Station. Ce qui correspond à une utilisation plus rationnelle de l’argent public.

  3. Les nuisances au commerce créées par le manque de parking disparaissent On peut même espérer une reprise de l’activité commerciale dans cette rue.

  4. Cet axe Janson – Station, représentant incontestablement un des axes de notre commune les mieux urbanisés, pourrait être mis en valeur.

  5. Actuellement les bus des lignes 30 et 136, devant s’arrêter au monument, sont obligés, faute de site propre, de stationner sur la chaussée de Mons, ce qui provoque, aux heures de pointe, de sérieux ralentissements. La disparition du tram, en cet endroit libérerait un espace pour le stationnement des bus.

  6. Disparition de la portion de ligne de tram allant du monument jusqu’au terminus (au-delà d’Intermarché), particulièrement dangereuse pour les usagers faibles circulant sur la chaussée de Mons coté Intermarché. Faut-il rappeler l’accident mortel survenu en cet endroit, il y a quelques années, quand une fillette de 11 ans, sortant de l’école située en face, s’est retrouvée, faute d’échappatoire, sous le tram.

  7. La « Jonction » offre un endroit idéal pour dispatcher les usagers venant de Charleroi vers les directions de Thuin, de Binche et de la Louvière et pour regrouper ceux qui font le trajet inverse. Il y a même, à proximité, des possibilités de parking de dissuasion pour des usagers qui souhaiteraient se rendre en voiture jusqu’à cet endroit dans le but d’emprunter un transport en commun vers une des directions citées avant.

  8. Le site de l’ancienne gare, située à un jet de pierre du dépôt « Janson », aujourd’hui à l’abandon, pourrait être intégré dans une réflexion globale prenant en compte les éléments du point précédent.

  9. La disparition des voies au « Monument » ouvre des possibilités d’aménagement du croisement de la N 90 avec la rue Paul Janson.

 

Indépendamment du sujet qui fait l’objet de la présente, j’en profite pour insister auprès de vos services, afin que vous demandiez aux TEC Charleroi et aux TEC La Louvière de coordonner un peu mieux leurs horaires. Il est fréquent qu’un voyageur venant de la ligne Charleroi – Anderlues descendant du tram au « Monument » voit le bus de Binche démarrer alors qu’il ne lui reste plus que la chaussée à traverser pour y accéder. Ce voyageur prend son mal en patience et attend une demi-heure, une heure, voire deux heures (suivant la période de la semaine ou de l’année) pour enfin monter dans le bus qui va l’amener à Binche. Ce Problème existe, que le transfert TEC Charleroi – TEC La Louvière se fasse au « Monument » ou qu’il se fasse à la « Jonction ».

En dernier lieu, si certains restent nostalgiques d’un tram venant au « Monument », sachez qu’il subsiste une solution d’un tram en site propre en empruntant la ligne existante longeant la N 90 depuis l’entrée d’Anderlues jusqu’au « Monument ». Cette solution permet aussi de maintenir le dépôt d’Anderlues

Dans l’attente de vous entendre ou de vous lire, je vous remercie pour votre bonne attention et vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, Monsieur le Chef de Cabinet, mes salutations les plus distinguées.

 …

Il ne s’agit pas ici d’un combat politique. Seul le bon sens doit primer. J’essaie de me persuader qu’il en sera bien ainsi.

Merci pour votre attention et à très bientôt.

Jean-Marie Flamant