• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

Archive pour novembre 2008

Anderlues et la presse

Dimanche 23 novembre 2008

Au début de ce mois, la presse écrite et la télévision régionale ont relaté dans le détail, les déclarations brutes, directes ou indirectes, du Bourgmestre à propos de la décision du Collège de suspendre le Secrétaire communal et ce, avant même que cette décision ne soit adoptée par le Conseil communal. A part ACTV, qui a contacté la partie adverse (le Secrétaire communal) et la DH qui m’a contacté, les autres organes de presse ont, à mon sens, omis de faire le travail de vérification qui s’impose. Il ne faut tout de même pas oublier qu’on joue ici avec l’honneur, je dirai même, avec la vie d’êtres humains.

Maintenant, à l’inverse, la décision du Conseil d’État est tombée depuis mercredi dernier et seule, la DH a rapporté et commenté  ce fait. Je dois aussi à la vérité de dire, que ACTV y a fait allusion, mais sans faire aucun commentaire.

J’ose espérer que la presse va se ressaisir très rapidement. Au nom de l’objectivité.

Meilleures salutations.

Jean-Marie Flamant

Le secrétaire communal reprend du service

Jeudi 20 novembre 2008

Ce 19.11.2008, le conseil d’Etat réuni en extrème urgence a cassé la décision du Collège communal relative à la suspension par mesure d’ordre du Secrétaire communal. Le Secrétaire communal reprend donc ses fonctions…

Meilleures salutations.

Jean-Marie Flamant

Le travail de sape continue

Mercredi 12 novembre 2008

 Je suis vraiment écoeuré d’avoir trouvé dans mon courrier de ce jour une nouvelle lettre de menaces et d’insultes. Courrier signé par un représentant du PS d’Anderlues. Je n’en dirai pas plus pour l’instant, si ce n’est que plainte est déjà déposée contre cette personne, près le Procureur du Roi de Charleroi.

Moi qui suis très respectueux de l’idéologie socialiste des premiers temps, je peux dire que Jean Jaurès vient d’être assassiné une deuxième fois par l’un qui se dit être des Siens.

 Bien à vous.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal du 4 novembre 2008

Mercredi 5 novembre 2008

 

  1. Les comptes de l’exercice 2007 du cpas ont été présentés et acceptés à l’unanimité. Il faut noter la bonne gestion de ce service.

  2. Des modifications budgétaires, pour l’année 2008, pour le cpas d’une part et pour la commune proprement dite d’autre part, ont été présentées aux conseillers.
    Après que la Présidente du cpas nous ait expliqué les raisons de l’augmentation importante des dépenses, Monsieur le Bourgmestre a bizarrement salué la bonne maîtrise des dites dépenses de ce service.
    J’ai fait remarquer que le budget initial, pour l’exercice propre, se soldait par un boni de 12000 € et que le budget après modification budgétaire débouchait sur un résultat négatif de 190000 €. Ce qui fait une dégradation de 202000 €. Restons objectif svp.
    La situation pour la commune est beaucoup plus grave. La modification budgétaire montre une augmentation fulgurante des dépenses.
    Un petit calcul rapide montre que l’exercice propre se terminerait par un déficit de 917000 € au lieu de 156000 € annoncé au budget initial, sans l’apport des 927000 € supplémentaires obtenus cette année du fonds des communes.
    In fine, le supplément des subsides de 927000 € ne suffit pas à combler le trou creusé par l’ensemble cpas – commune proprement dite. Attention danger pour les exercices futurs.

  3. Les comptes 2007 (oui 2007) des classes de dépaysement à Gigondas ont été examinés. Sans entrer dans les détails, on constate plusieurs anomalies dans les dépenses, telles que le nombre d’adultes accompagnant les enfants (jusqu’à huit adultes pour 26 enfants) ou encore le type de boissons approvisionnées pour des enfants.
    Sans compter le coût des voyages A R des cars, pris en charge directement par la commune, on peut dire que la communauté doit financer un peu plus de 9000 € au-delà de la participation des parents.

  4. Les comptes plaine de jeux 2008 (c’est plus rapide que pour les précédents) se soldent par un déficit de 10000 €. Le but social de ces activités est évident et mérite bien une intervention significative des pouvoirs locaux.

  5. Les taxes IPP, additionnelles et immondices sont inchangées pour l’année 2009. On notera même une réduction pour ces dernières puisque chaque ménage recevra un chèque pour 20 sacs et chaque isolé, un chèque pour 10 sacs. Tout cela, grâce, nous dit-on, à la réduction du volume des immondices à traiter. On peut s’en réjouir.

  6. Décision de créer, à grands frais, un poste de cabinet politique du Bourgmestre et des Échevins. Grade A1 avec avantages substantiels conduisant à un coût équivalent à celui d’un receveur ou d’un secrétaire communal.
    Jusqu’à ce jour, on s’est bien passé d’un telle fonction. Folie des grandeurs oblige.

  7. Adoption du cahier des charges pour lancer l’adjudication de la phase II subsidiée à 75 % par la Région wallonne et non pas par la Communauté française comme on a pu le lire par ailleurs.
    Rappelons que l’étude de ces travaux a fait l’objet d’irrégularités au niveau de la passation du marché.

  8. Adoption du cahier des charges pour l’éclairage de la place Paul Pastur dont le coût estimé s’élève à 190000 €.
    Ce point a fait l’objet d’un vif échange entre le Bourgmestre et moi-même. En effet le libellé du point demande l’accord des conseillers, d’une part, sur le cahier des charges et d’autre part, sur le mode de passation de marché proposé par le Collège à savoir l’adjudication publique.
    J’aurais, bien évidemment, marqué mon accord sur tout cela s’il n’y avait eu un hic. En effet le cahier des charges , dans sa rédaction, scinde le marché en quatre lots. Trois marchés de fourniture et un marché d’installation. Les trois marchés de fourniture sont proposés en procédure négociée sans publicité et le marché d’installation à facturer au prix de revient. Plus rien à voir avec le libellé du point.

    A ma réaction, le Bourgmestre nous a avoué qu’il ne lisait pas les annexes jointes à l’ordre du jour. Et, avec la même assurance, il a défendu le type de passation de marché proposé par le cahier des charges en reniant donc, ce qu’il avait dit 30 secondes auparavant. Eh oui, c’est comme ça!

  9. Adoption du cahier des charges d’adjudication de la halle polyvalente.
    On peut parler ici d’un épisode ubuesque.
    Lors de la préparation du conseil communal, je me suis inquiété de savoir sur quel budget avait été imputée l’étude de ce projet et sur quel budget prévoyait-on de le réaliser. Ne trouvant pas la réponse dans les documents disponibles à mon domicile, je me suis rendu à l’administration communale une première fois vendredi 31 octobre, puis une deuxième fois, hier matin, et tout ça pour ne recevoir aucune réponse. J’ai dû attendre le conseil pour obtenir un premier élément de réponse lorsque le Bourgmestre nous fait remettre une nouvelle version de la modification budgétaire. Dans cette nouvelle version, on trouve dans les postes remaniés deux nouveaux articles, un relatif aux honoraires de l’auteur de projet de la halle polyvalente et l’autre relatif à sa réalisation. Le Bourgmestre omet, bien évidemment, de relater mes visites et mes demandes relatives à cet objet.
    Faisant remarquer à notre Président que l’architecte avait travaillé depuis deux ans sur ce projet, qu’il ne vivait pas de l’air du temps, et qu’il avait donc certainement dû rentrer l’une ou l’autre facture, je souhaitais savoir sur quel poste les dépenses avaient été imputées. Le Bourgmestre m’a invité à rendre visite au Receveur communal pour en savoir plus. En rencontrant le Receveur, je constate donc que les factures rentrées par l’auteur de projet ont été imputées sur le budget de la démolition de l’église St Médard. Étrange !
    De fil en aiguille, on apprend qu’il y a 35 ans (OUI 35 ans) en1973, l’auteur de projet a reçu une commande pour étudier les problèmes relatifs à la stabilité de l’église. Rien d’anormal.
    Qu’en 1989, 16 ans plus tard, il reçoit un premier avenant pour l’étude de la démolition de l’église. Façon de procéder courante à l’époque, paraît-il. Qu’en 2005, il reçoit un autre avenant pour l’étude d’avant projet de la halle polyvalente. Très discutable. Qu’en 2006, il reçoit commande pour l’étude de la halle polyvalente et la rénovation de la tour St Médard. Tout à fait anormal à mon sens.
    Encore une fois, dans le cas présent, comme pour la piscine, je ne trouve rien de répréhensible dans le chef de l’auteur de projet, mais je trouve très légères les décisions du Collège particulièrement celles de 2005 et de 2006.

Bien à vous

Jean-Marie Flamant

Le secrétaire communal : suite et pas fin

Mercredi 5 novembre 2008

 

Il y a beaucoup de choses à dire au sujet du conseil communal qui s’est tenu hier, le 4 novembre 2008. J’y reviendrai, mais je tiens à vous informer au plus vite de ma perception de la problématique du secrétaire communal.

Dans le huis clos, il a été débattu de la confirmation ou non, par le conseil communal, de la décision de suspension de fonction prise par le Collège lundi dernier, à l’encontre de Monsieur Jean-Claude Demeure.

Encore un fois, sans prendre position sur le fond, je confirme mon indignation quant à la procédure utilisée par Monsieur le Bourgmestre et ses amis pour juger un homme sans lui avoir donner l’occasion de se défendre. En effet, hier soir, les conseillers communaux ont dû se prononcer sur la décision du Collège sans que l’intéressé n’ait pu se  défendre. De telles méthodes sont pour moi, inadmissibles. Elles sont dignes des agissements d’une époque que je croyais révolue.

Le court et le long de l’histoire est que M. Demeure s’est vu confirmer sa suspension par 12 voix contre 6. Il sera entendu très prochainement par le Collège communal.

La suite au prochain numéro.

 

Meilleures salutations.

 Jean-Marie Flaamnt