Archive pour mai 2009

Le clientélisme anderlusien et E. Di Rupo

Jeudi 28 mai 2009

Suite au débat d’hier soir, sur les ondes de la RTBF, entre Di Rupo et Reynders, j’ai envoyé un mail à Elio Di Rupo dont voici le contenu :

Monsieur Di Rupo,

J’ai suivi ce soir sur la RTBF le huis clos qui vous mettait en présence de D. Reynders. Je trouve comme vous, lamentable cette triste habitude du MR (je dis le MR en tant que groupe et non pas D. Reynders en tant qu’individu, car finalement, L. Michel, le pacifiste…, laisse faire, sachant très bien que ce poujadisme rapporte) de ramener sans cesse le débat aux uniques affaires, même si, comme face à Joëlle Milquet, la veille, il répète à l’envi quelques slogans populistes tels que les 30 % de jeunes chômeurs à Bruxelles ou à Mons à cause d’un enseignement de mauvaise qualité ou le manque d’habitations sociales, alors que durant la dernière législature , on en a créé beaucoup plus que pendant la précédente. Etc. Le résultat de tout cela est que personne ne parle des actions à entreprendre pour sortir de la terrible crise dans laquelle nous sommes. Et que les électeurs, dégoûtés, se tournent vers Ecolo, le plus souvent, sans trop savoir pourquoi ni pour qui.

Toutefois Monsieur Di Rupo, admettez que vous avez fourni les armes à vos adversaires en autorisant dans votre parti des agissements incorrects. Et vous continuez de le permettre. Il n’y a strictement rien de changer. Dans ma commune d’Anderlues, parmi les huit derniers engagements, on trouve : le fils du Bourgmestre, la belle-fille de la secrétaire du Bourgmestre, la cousine germaine de la compagne du Bourgmestre, la fille d’un agent du service travaux, la fille du premier échevin, et la fille de l’échevin des travaux.

Même si, d’une manière générale, le travail des élus est acceptable, ce type d’agissements est indigne d’un parti qui prône l’égalité des chances.

Monsieur Di Rupo, je serais vraiment très heureux que vous répondiez, sans langue de bois, à ce message. Je vous en remercie sincèrement

Avec mes meilleures salutations.

Jean-Marie Flamant
conseiller communal CDH
19 rue du château d’eau
6150 Anderlues

Voici la réponse que m’a faite Monsieur Di Rupo :

Cher Monsieur Flamant,

Merci de votre message et de votre confiance.

Je ne connais bien sûr pas le dossier évoqué, mais je peux vous dire que les pratiques de favoritisme sont absolument incompatibles avec l’éthique du PS. Des recours existent pour contester des procédures arbitraires et il ne faut pas hésiter à y recourir.

Notre travail de rénovation est inexorable et chaque rebondissement est l’occasion de renforcer nos dispositifs de contrôle et d’écarter pour de bon ceux qui manqueraient à notre éthique. Les « affaires » sont les derniers soubresauts d’une époque révolue.

Nous devons maintenant avancer et nous attaquer aux difficultés que vivent nos concitoyens. Pas question de les abandonner à la droite. Si nous existons, c’est pour eux, et il faut que cette campagne montre bien les différences entre les différents projets. A cet égard, je pense vraiment que le bilan et les propositions du PS sont les meilleurs pour nos concitoyens.

Le 7 juin, les citoyens devront surtout se prononcer sur des projets de société. Des projets très différents, qui dessineront le futur visage de la Wallonie et de Bruxelles.

Choisir le PS, c’est empêcher toute dérive droitière et garantir aux plus fragiles la sécurité d’existence. C’est aussi stimuler les talents, récompenser les travailleurs, améliorer la formation, investir dans le développement durable. Le Plan Marshall en Wallonie, le Contrat pour l’Economie et l’Emploi à Bruxelles, ont montré la voie à suivre et sont à l’origine d’un redressement spectaculaire de nos deux Régions.

C’est pour tous les citoyens qui subissent la crise libérale (travailleurs précarisés et personnes plus fragiles qui s’inquiètent, à juste titre, pour leur qualité de vie et leur pouvoir d’achat), que nous allons nous battre avec une ardeur renouvelée.

Je vous remercie donc de faire la part des choses et je vous adresse mes cordiales salutations.

Elio Di Rupo
Boulevard de l’Empereur 13
1000 Bruxelles
Tél : 02/ 548.32.11
Fax: 02/ 548.33.90

On pourra remarquer que Monsieur Di Rupo, avec toutes ses bonnes intentions, reste égal à lui-même. Il a peur de jeter un bon coup de pied dans la fourmilière. Pour ce qui est de la situation d’Anderlues, il me suggère d’introduire des recours. Lui, il reste en dehors des coups. Ce qui me fait tout de même plaisir, c’est qu’il condamne les agissements de Philippe Tison et ses amis.

Merci pour votre attention.

Jean-Marie Flamant

Il faut raison garder, Monsieur Tison !

Lundi 11 mai 2009

 

Monsieur Philippe Tison, conservez votre sang-froid et cessez de proférer des injures par voie de presse interposée. (voir article de la DH de ce samedi 9 mai)

Constatez bien, Monsieur Tison : J-C Van Cau et A-M Lizin ont débuté leur descente aux enfers en proférant, eux aussi, des injures à l’égard de ceux qui dénonçaient les irrégularités dont ils étaient, directement ou indirectement, soupçonnés.

Vous n’êtes pas digne, Monsieur le Bourgmestre, de représenter notre commune. Vous refusez le débat démocratique. Vous consacrez plus de temps à l’inquisition que vous n’en consacrez à la chose communale.

Vous salissez, une fois de plus, le monde politique en donnant à nos jeunes, une image désastreuse.

Retrouvez la raison s’il-vous-plaît.

 

Merci pour votre attention.

 Jean-Marie Flamant

Démission de l’échevine M A Feron à Anderlues

Samedi 9 mai 2009

 

 

J’ai longtemps hésité à m’exprimer sur l’affaire Marie Astrid Feron. Mais par honnêteté intellectuelle et pour rester fidèle à mes principes, je me vois obligé de le faire.

Qu’un conseiller communal dénonce ce qu’il croit être un dysfonctionnement, c’est louable et conforme à ce que devrait être la bonne gouvernance.

Qu’un conseiller communal intervienne sur une irrégularité dans le but principal de régler un différent personnel, ce n’est plus aussi louable.

Qu’un conseiller communal ait pour certains, et pour certaines choses, un jugement différent qu’il a pour d’autres, et pour d’autres choses, respectivement coupables et entachées de dysfonctionnements similaires, cela devient suspect.

Qu’un bourgmestre déclare : Soit vous remettez votre démission tout de suite et tout s’arrête là, soit vous ne le faites pas et nous irons à la Tutelle et vous serez obligée de rembourser le traitement que vous avez perçu depuis la date ou vous ne résidez plus sur le territoire de la commune, cela, c’est du chantage.

Pour en revenir au fond, sans porter de jugements, il faut reconnaître que Marie Astrid Feron a pris ses responsabilités et a fait le bon choix en démissionnant de tous ses mandats.

Il subsiste cependant des questions qui méritent des réponses de la part des autorités communales. Ainsi, quand le mari de l’intéressée a décidé d’élire domicile à Anderlues, comme pour tout autre citoyen faisant la même démarche, l’administration communale a dû ordonner une enquête de police pour vérifier le bienfondé de la demande et accepter la domiciliation. Pour rappel, le policier chargé de cette enquête doit vérifier que la personne demanderesse va bien résider au dit domicile.

Ou bien, cette enquête a été faite dans les règles et le policier a bien constaté la résidence du couple, auquel cas, je ne comprends pas l’issue de cette affaire. On bien, l’enquête, tout en ayant eu lieu, a été bâclée, en disant que tout était OK alors qu’il n’en était rien, alors, la police doit s’expliquer. On bien, l’enquête n’a jamais été ordonnée, auquel cas, l’administration doit s’en expliquer.

Pour les deux dernières hypothèses, qui, au vu des évènements, sont celles à retenir, la responsabilité de notre Bourgmestre et celle de la secrétaire communale sont directement engagées puisqu’ils sont, chef de la police et chef de l’administration.

Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal du 5 mai 2009 à Anderlues

Mercredi 6 mai 2009

 

A l’occasion de l’approbation du PV du dernier conseil communal, je suis revenu sur la SAR (site à rénover) de la rue Jules Destrée, m’étonnant de ne pas lire dans le PV, les décisions prises, selon lesquelles on devait attirer l’attention des fonctionnaires namurois sur la présence à l’intérieur du périmètre à assainir, de propriétés privées construites. La secrétaire communale nous a assuré que, même si le PV ne stipulait rien, le nécessaire avait été fait. Dont acte. A mon inquiétude de savoir si les propriétaires concernés seraient avertis, la même secrétaire m’a répondu que cela était du ressort de la RW. Soyons vigilants.

 

Nous avons, ensuite, eu droit à un brillant exposé de la part de la responsable de l’ADL (agence de développement local). Elle nous a présenté une situation angélique du travail réalisé en 2008, avec création de nombreux emplois. Et un plan d’actions volumineux et ambitieux.

Pour ce qui concerne la création d’emplois, l’auteur du rapport met l’accent sur les emplois créés sur la zone commerciale de la RN90 à l’ouest d’Anderlues. Quand j’ai posé la question de savoir combien il y aurait eu d’emplois sans la présence de l’ADL – Poser la question, c’était y répondre -, tant la responsable directe que le Bourgmestre (qui a la responsabilité de l’ADL dans ses attributions puisqu’il l’a subtilisée à un de ses échevins il y a plus d’un an) sont restés bouche bée.

Quant au plan d’actions, je reconnais qu’il est rempli de bonnes idées, mais, comme je l’ai dit en séance, il n’aboutira que si, et seulement si, il y a une volonté politique d’aboutir. Ce qui me fait dire cela, c’est que, pour une commune comme la nôtre, classée 242ème sur 262, donc particulièrement sinistrée, ni l’ADL, ni le collège d’ailleurs, n’ont monté un seul dossier économique qui aurait pu bénéficier d’un subside à 100 % dans le cadre des aides européennes et régionales. Par exemple.

 

Une modification budgétaire nous a été proposée. On constate une dégradation du résultat d’un montant de 86000 €.

 

Les comptes du comité de jumelage,du folklore et des classes de dépaysement ont été acceptés.

 

Approbation du cahier des charges pour la réfection de la rue Joseph Wauters. Finalement, la réfection se fera bien de façades à façades, contrairement à ce qui avait été dit il y a peu. On peut s’en réjouir. Malheureusement et pour raisons budgétaires, le crédit de 400 000 € prévus pour la réfection des trottoirs de la rue des combattants a été supprimé.

 

Enfin, une très bonne nouvelle. Un médiateur va être nommé pour l’arrondissement judiciaire de Charleroi, dont Anderlues dépend. Ce médiateur sera à la disposition gratuite des personnes ayant reçu une amende administrative. Il aura un bureau à sa disposition dans chaque commune de l’arrondissement judiciaire.

Si je me réjouis d’une telle décision, je suis surpris que, tout-à-coup cela soit possible, dès lors que notre Bourgmestre, en cela rejoint par celui de Binche, à qui j’avais posé le problème de l’absence de contre-pouvoir à celui du sanctionnateur, nous avait dit, il y a seulement deux mois, qu’il n’y avait aucune loi qui lui permettait de s’opposer à des décisions qui pouvaient apparaître comme arbitraires à certains. Que nos bourgmestres n’aient pas la science infuse, je peux l’admettre, mais qu’ils répondent n’importe quoi sans prendre le temps de la réflexion et de la recherche, cela, je ne puis l’admettre.

Pour l’information de chacun, il faut savoir que c’est dès 2004, que le législateur a prévu que les communes aient la possibilité de nommer un médiateur. Cette manière de faire est d’ailleurs typique dans nos systèmes démocratiques. Et c’est très bien ainsi.

 

Le conseil consultatif des enfants prend tout doucement forme. Il devrait être mis en place pour la rentrée.

 

Dans les points divers, je me suis inquiété de savoir pourquoi les services de la police avait été requis pour constater une infraction urbanistique à la chaussée de Mons. La réponse du Bourgmestre a été celle-ci : J’ai moi-même, dit le Bourgmestre , dressé un procès verbal pour une autre infraction urbanistique ( je croyais que j’en avais le pouvoir), et j’ai été débouté par le Conseil d’État. C’est pourquoi, en attendant d’avoir des personnes assermentées pour réaliser ces tâches, nous demandons à la police de le faire.

 

Dans les points divers, encore, j’ai demandé pourquoi les travaux du centre culturel étaient à l’arrêt depuis un mois. La réponse est surprenante. C’est parce que il faut faire des études de stabilité. Un peu tard n’est-ce pas ? Habituellement, on fait ce type de contrôle avant de décider de faire des travaux. Sauf à Anderlues !

 

Un autre point a été abordé dans les divers. Il s’agit du jugement dans l’affaire « harcellement », du secrétaire communal contre le collège. Le premier nommé a gagné et s’est vu octroyer des dommages et intérêts non négligeables.

 

Un dernier point mis sur la table par le groupe gauche concernait la légitimité à siéger d’un échevin suite à une domiciliation qu’il juge comme étant fictive. La personne concernée s’en défend.

 

Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant