• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archive pour janvier 2010

Le collège communal d’Anderlues, une nouvelle fois en défaut

Mardi 26 janvier 2010

Pour la nième fois, le collège communal d’Anderlues a pris une décision qui va à l’encontre de la loi. Cette fois, il s’agit des conditions de fin de contrat du chef des travaux de la commune.

En mars 2009, l’intéressé, las des conditions de travail, décide de remettre son préavis, afin d’âtre libéré le 31 août, de manière à pouvoir pratiquer, à nouveau, son ancien métier d’enseignant. Il s’y prend suffisamment tôt pour laisser le temps aux autorités communales, de s’organiser. Il va même jusqu’à planifier les congés des uns et des autres de manière à assurer le service jusqu’à son départ.

Pour des raisons plutôt obscures, le collège, poussé par son chef, accepte la demande, à condition que l’intéressé quitte son poste sur le champ. Pour faire passer la pilule, le collège octroie à l’intéressé une prime de départ équivalente à cinq mois de salaire. L’intéressé, néanmoins moralement blessé, finit par accepter les conditions. C’est le trio Échevin des travaux – Agent spécifique – Secrétaire communale qui a eu le « privilège » d’annoncer la « bonne nouvelle ». Il faut bien déléguer, n’est-ce pas ?

Ayant pris connaissance de la délibération du collège, j’ai déposé plainte auprès de la Tutelle, non pas contre l’intéressé mais bien contre le collège, qui n’a pas respecté les règles inhérentes à la législation sur les contrats de travail.

Le Ministre Furlan me donne raison en septembre 2009, en cassant la décision du collège de mars.

Quelques jours plus tard, le collège communal délibère à nouveau sur le sujet, en essayant « d’arranger » les choses.

A la lecture de cette nouvelle délibération, j’ai constaté plusieurs contradictions par rapport à la première délibération et surtout par rapport à l’arrêté ministériel d’annulation. J’en ai donc avisé le Ministre, qui, après enquête vient de rendre sa décision en prenant un nouvel arrêté d’annulation. Raison principale invoquée : l’octroi de la prime de départ est illégal.

Encore une fois dans cette affaire, l’intéressé est, pour moi, totalement hors de cause. Les seuls responsables sont le Bourgmestre et les Échevins. La responsabilité de la Secrétaire communale me paraît,également, être engagée, du fait qu’elle a laissé faire. Mais avait-elle le choix ? (Question fermée, sans doute !!!).

Contrairement à ce que Monsieur le Bourgmestre crachote à gauche et à droite, plusieurs de mes interventions, auprès de la Tutelle, ont été suivies de décisions défavorables au collège communal. On en est, aujourd’hui, à cinq arrêtés d’annulation et à cinq rappels à l’ordre sérieux en matière de marchés publics et d’administration.

En séance publique du 31 mai 2008, veille de la première désignation de Madame D., comme secrétaire communale ff, Monsieur le Bourgmestre disait solennellement : A partir de demain, s’adressant à moi, tu – à l’époque, il me tutoyait – n’aura plus l’occasion d’écrire un seul courrier à la Tutelle…. Je n’ai jamais tant écrit. Je ne pense pas que c’est dû à l’incompétence de l’intéressée. Mais bien à son allégeance. Ce n’est pas moins grave.

Merci pour votre fidélité

Jean-Marie Flamant.

Conseil communal du 19 janvier 2010

Jeudi 21 janvier 2010

Le premier conseil communal de l’année était principalement consacré au budget du cpas.

Avec la crise économique et la paupérisation de nos concitoyens, il était inévitable de voir la part communale augmenter de manière significative.
Grâce à une bonne gestion des services et une perpétuelle recherche de financements parallèles, les responsables du centre ont pu limiter cette augmentation à un peu moins de 140000 euros pour atteindre une intervention communale de 1300000 euros.
Signe qui ne trope pas, – malheureusement – c’est la forte augmentation des prestations pour le service  » Médiation des dettes « .
Autre signal d’alarme : Près d’une famille sur quatre de notre commune fait appel, à un moment ou à un autre au cours d’une année, à l’aide du centre.

Je ne peux résister plus longtemps à l’envie de mettre en parallèle avec ce premier point le scandale de la  » Malterie de l’étoile  » de la rue de la Station.
En effet, lors du conseil, le collège nous a soumis un avenant (N° 1) de près de 50000 € pour continuer la réhabilitation de ce bâtiment.
Avec cet avenant, le coût total des travaux va frôler le million d’euros. Et tout ça pour trois dalles en béton, un nouveau toit et des nouveaux châssis côté place de la gare. Et avec, – apprend-on -, des murs pourris, raison de l’avenant, d’ailleurs.
Quand ces travaux seront finis, nous n’aurons encore rien puisque l’intérieur ne sera pas aménagé. Il faudra encore un autre million d’euros pour réaliser ces travaux.
Et en final, pour avoir des locaux, dont la hauteur nette sous plafond sera à peine supérieure à deux mètres.
Est-ce raisonnable ? Poser la question, c’est y répondre. J’en ai avisé le Ministre de l’aménagement du Territoire. J’ose espérer qu’il entendra mon appel, et que l’on va arrêter les frais.

On signalera la démission de Mademoiselle Blairon. Pour des raisons qui n’ont pas été évoquées.

Un recrutement statutaire au niveau D4 a été décidé. C’est la première fois que l’on recrute à ce niveau. Auparavant, les places vacantes à ce niveau étaient pourvues par promotion.
Faut-il chercher dans cette opération, la future nomination des filles, fils et cousine de… actuellement en CDD. Sans aucun doute !

En vous remerciant pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant

PS : Toujours aucune réponse officielle, ni de la commune, ni de la Région wallonne, ni d’IGRETEC, ni de …, aux questions suscitées par les > choisies pour l’exécution de l’aménagement de la la place Pastur.

Voeux 2010

Samedi 2 janvier 2010

Je présente à tous les visiteurs de ce blog, ainsi qu’à leur famille, mes meilleurs voeux de santé, de bonheur et de prospérité pour l’année 2010.

Le prochain conseil communal est « prévu » pour le 19 janvier prochain.

Jean-Marie Flamant