Archive pour mai 2010

Place Pastur: Maintenant, les injures…

Mercredi 19 mai 2010

Chers lecteurs,

Voici la copie d’un article paru dans la Nouvelle Gazette du 18 mai 2010. J’attire plus particulièrement votre attention sur la réaction de Tison

================

n.c.
Mardi 18 mai 2010
anderlues travaux place pastur
Les travaux de la place Pastur, à Anderlues, n’ont pas fini de faire parler d’eux. Ils étaient à la base divisés en deux parties distinctes. Le chantier en contrebas de la Bourlette est repris dans le cahier des charges de la place. Celui qui longe l’impasse de l’Hospiteau est repris dans celui de la future halle polyvalente. “ J’ai remarqué que le mur en rotonde de l’impasse n’a pas été touché. Par contre les fondations de la halle sont faites. Or, celles-ci n’ont rien à voir avec le cahier des charges de la place ”, explique Jean-Marie Flamant, conseiller communal cdH de l’opposition.

“ Le cahier des charges de la halle a été approuvé par le conseil communal en mars 2009. Un document, daté de septembre 2008, prouve que l’on avait déjà incorporé certains travaux de la halle à ceux de la place. L’entrepreneur n’a pu remettre de prix pour les travaux relatifs à la halle. Les travaux de la place Pastur sont subsidiés à 90 % par la région. Ceux de la halle sont sur fonds propres. On a utilisé des fonds de la région pour des travaux communaux… C’est illégal et il y a un souci d’éthique ”, martèle le conseiller. Un fonctionnaire de la région avait recommandé que les deux chantiers soient liés. “ Mais cela ne dispense pas de suivre les règles en matière de marchés publics ”, appuie Flamant.

tison: “ il est malade ”

Du côté de la majorité, le ton monte. “ M.Flamant est un malade mental et le collège l’attaque en justice. Il est quérulent (délire de revendication). Pour moi, M.Flamant est un produit toxique pour Anderlues ”, s’énerve le mayeur, Philippe Tison (PS). “ Tout a été fait dans les règles de l’art et nous le prouverons au prochain conseil communal ”, surenchérit Annibale Moscariello, échevin anderlusien des Travaux. Une information judiciaire sur ces travaux est ouverte.

================

On se demande comment il est possible qu’un bourgmestre, digne de ce nom, puisse tenir de tels propos ! C’est refuser catégoriquement le débat démocratique.
Si Tison a de bons arguments pour démontrer que tout a été fait dans les règles, qu’il les fasse valoir. Non, pas un seul argument. Que des injures.
Sa technique est bien connue : En insultant les gens, en tentant de les décrédibiliser, en se moquant d’eux, en inventant tout et n’importe quoi, … il espère que ses contradicteurs vont jeter l’éponge.
Je ne répondrai pas aux propos abjects de Tison par des injures, cela n’apporterait rien. J’espère qu’il sera amené à s’en expliquer en autre temps et en autre lieu. Je tiens aussi à ajouter que je n’ai jamais, au grand jamais, attaqué Tison sur ses problèmes personnels. Je me suis toujours cantonné à la chose publique, contemporaine de l’actuelle mandature.
Jamais non plus, je n’ai mis en avant mes intérêts personnels. Au contraire, je peux me targuer de toujours avoir pris en compte l’intérêt public. Exclusivement.
En matière de quérulence, terme qui ne fait pas partie du vocabulaire de Tison (cela lui a été soufflé par un juriste, tiens donc..), le paranoïaque n’est pas celui qu’il pense.
J’ose espérer que notre bourgmestre revienne très vite à la raison.

Merci pour votre fidélité

Jean-Marie Flamant

Compte-rendu du conseil communal du 4 mai 2010

Samedi 8 mai 2010

Chers lecteurs,

Voici le compte-rendu du conseil communal du 4 mai 2010.

Modification du règlement d’ordre intérieur du conseil communal, de manière à le rendre plus contraignant pour les conseillers qui souhaitent consulter des pièces relatives à l’administration de la commune. Cette prérogative des membres du conseil est un droit d’une importance capitale pour l’exercice de la démocratie. Quand Ph. Tison impose des restrictions à ce règlement, il ne fait qu’ajouter de la suspicion à la suspicion. Dans une maison où tout se passe bien, on ne craint pas de laisser les livres ouverts. J’ai donc fait la déclaration suivante au conseil :
« Après avoir cadenassé toute l’administration en y plaçant aux postes principaux des amis fidèles ou obligés et en ne soumettant, au conseil communal, aucune candidature pour pourvoir aux emplois vacants, vous vous attaquez une nouvelle fois aux prérogatives des conseillers communaux en compliquant, à outrance, l’accès aux pièces relatives à l’administration de la commune. C’est une nouvelle atteinte au libre exercice de la démocratie. Vous bétonnez la dictature. J’ose espérer que votre ami Furlan ne vous couvre pas dans de telles initiatives ».

Attribution d’un subside de 10000 € pour la plaine de jeux 2010.

Acceptation des comptes du folklore de l’année 2009.

Achat de deux véhicules électriques pour les cimetières.

Adoption du projet d’aménagement du parc Janson de manière à sensibiliser les enfants aux problématiques de l’environnement.
Bonne initiative. Il faut regretter que seuls les enfants de l’école communale du centre aient été associés à ce projet. Les autorités communales auraient été bien inspirées d’ouvrir ce projet à l’autre école communale et aux deux écoles libres. Y associer le conseil communal des enfants aurait été certainement très bénéfique. Aucune réaction à ces interpellations. La notion d’égalité à Anderlues, c’est très élastique.!

Agrément du plan local d’intervention d’urgence en cas d’événements calamiteux ou de catastrophes au plan local.

Dans les divers j’ai abordé deux sujets intéressant la place Pastur et la halle polyvalente.
Le premier était relatif à l’utilisation illégale de subsides régionaux pour la réalisation de travaux non subsidiés. J’invite les lecteurs, qui ne l’auraient pas encore fait, de lire l’article spécifique consacré à ce sujet.
Le deuxième concernait l’avenant 1 des travaux d’aménagement de la place, Avenant 1 qui avait pour objet la réfection de façades à façades de l’impasse de l’Hospiteau. Etant donné les circonstances, pour cet avenant, un permis d’urbanisme avec enquête publique aurait dû exister. Des plans auraient dû être établis. Rien de tout cela n’a été fait ! Anderlues deviendrait-elle une commune de non droit ?

A plus tard.

Jean-Marie Flamant

Place Paul Pastur : du nouveau

Jeudi 6 mai 2010

Avant de vous faire part du compte-rendu du dernier conseil communal, je vous informe d’un nouveau dysfonctionnement important dans l’exécution des travaux d’aménagement de la place.

Les marchés « Aménagement de la place Paul Pastur » et « Halle polyvalente » sont deux marchés distincts.

Sur recommandation de Monsieur Del Fabro,, responsable, à l’époque, à la direction générale des pouvoirs locaux à la région wallonne et actuellement conseiller au cabinet Paul Furlan, les travaux d’aménagement de la place et les travaux concernant les fondations ainsi que ceux concernant l’érection des bâtiments technique et sanitaire de la halle polyvalente sont réalisés en même temps. Cela est effectivement très rationnel.

La recommandation du fonctionnaire régional ne dispense, évidemment pas, les autorités locales du respect des règles élémentaires en matière de marchés publics.

La firme Wanty, qui réalise, actuellement, l’ensemble des travaux décrits ci-avant, a rédigé son offre sur base du cahier des charges attaché au marché « Aménagement de la place Paul Pastur ». Ce cahier des charges, établi par IGRETEC, ne fait aucune référence – et cela est logique – aux travaux de la halle, pour ce qui concerne les fondations et l’érection des bâtiments technique et sanitaire, ni dans le chapitre spécifications, ni dans le chapitre métré. Pour mémoire, le cahier des charges de la place a été approuvé par le conseil communal du 1er juillet 2008. Et l’offre de Wanty est datée du début octobre 2008.

Par ailleurs, le cahier des charges de la halle polyvalente a été définitivement approuvé par le conseil communal du 05 mars 2009. Ce cahier des charges stipule toutes les spécifications techniques liées aux fondations et aux bâtiments technique et sanitaire. Par contre, il ne reprend pas ces travaux dans le métré. Il n’en fait pas, non plus, l’estimation du coût (voir annexe).

Au moment de l’établissement de son offre, Wanty était donc dans l’incapacité de remettre prix pour les travaux liés à la halle (offre datée d’octobre 2008 et spécifications de la halle disponibles après le 5 mars 2009.

En mars 2009, Wanty reçoit la commande pour les travaux d’aménagement de la place Paul Pastur. Et de rien d’autre.

Les travaux liés à la halle doivent donc être considérés comme des travaux supplémentaires et distincts. Cela suppose les étapes suivantes :

Établissement d’un cahier des charges : Fait
Décision du collège : Inexistante
Décision du conseil : Inexistante
Estimation du coût : Pas fait
choix du mode de passation de commande : Pas fait
Existence d’un budget : Budget inexistant
Consultation des fournisseurs : Pas fait
Établissement d’un avenant : Pas fait

Plus étonnant encore, est de constater que la firme Wanty travaille sans commande (les travaux sont quasiment terminés). Wanty n’étant pas un philanthrope, faut-il chercher une autre explication ?

Par exemple : Wanty ne réalise pas certains travaux de la place, tel le mur de soutènement longeant l’impasse de l’Hospiteau, et en compensation, il réalise ceux liés à la halle.

Dans ce cas nouveau gros problème : les travaux de la place étant subventionnés à 90 %, et ceux de la halle ne l’étant pas, il y a là un problème d’éthique qui vient s’ajouter à tous les autres.

Cet accord pourrait expliquer pourquoi l’estimation du coût des travaux de la halle liés aux fondations et aux bâtiments technique et sanitaire n’a jamais été porté à la connaissance des membres du conseil.

Une estimation rapide des travaux non réalisés de la place, hors le problème que nous connaissons déjà, à savoir celui du non respect du cahier des charges pour les murs de soutènement, conduit à un montant de minimum 250000 €.

Ce texte a été remis aux différents chefs de groupes après échanges avec l’échevin des travaux.
Pendant ces échanges, l’échevin a été mis sans cesse en porte-à-faux sans que jamais, le bourgmestre le soutienne. L’échevin des travaux est occupé à avaler couleuvres après couleuvres. Et on a l’impression que cela ne le dérange nullement. A quel jeu joue-t-il ?

A bientôt.

Jean-Marie Flamant