• Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Archive pour décembre 2010

Conseil communal d’Anderlues du 21 décembre 2010

Mardi 28 décembre 2010

Chers lecteurs,

Je n’ai pas vraiment le coeur à l’ouvrage pour vous faire rapport du dernier conseil communal vu les évènements qui s’y sont passés. Mais, je me sens obligé de m’y atteler pour raison de fidélité à mes principes.

A l’ouverture de la séance, nous avons annoncé la couleur en décidant, une nouvelle fois, de voter (presque) systématiquement non à tous les points repris à l’ordre du jour, étant donné la persistance de Monsieur Tison de nous barrer la route aux PV des réunions du Collège communal. Action des plus symboliques, évidemment.

Après l’approbation de la modification budgétaire N°2 du CPAS pour laquelle, nous avons (l’opposition quasiment dans sa totalité) voté oui, le Bourgmestre a abordé le point traitant du budget 2011.

Budget 2011

Dès l’entame de ce point, le Bourgmestre annonce la couleur. Il ne présentera pas le budget, il ne le commentera pas et, pire encore, il ne répondra à aucune question des mandataires. Véritable déni de démocratie, s’il en est.
A cette attitude surréaliste du Bourgmestre, tous les conseillers de l’opposition ont manifesté, en coeur, leur désapprobation. Le ton ayant monté quelque peu, le Bourgmestre décida de suspendre la séance et de faire appel à la police. Cela a pris moins de dix minutes, comme si tout avait été prémédité. Manifestement, le Bourgmestre avait pris quelques stimulants pour mieux monter à l’abordage.
A la reprise des pseudos débats, le Bourgmestre persiste et signe. Les conseillers de l’opposition font le forcing et posent leurs questions. Mais en vain. Cependant, certains échevins, manifestement agacés et encouragés discrètement par la secrétaire communale osent quelques bribes d’explications, et ce, en plus grand dam de P. Tison.
Pour en revenir au budget, signalons que le budget ordinaire se solde par un très léger boni. Notons qu’il y a volonté,vu à travers les chiffres, de réduire quelques dépenses de fonctionnement. Nous avons, cependant, trouvé étrange qu’aucune charge d’emprunt liée aux nouveaux projets n’ait été portée en compte (rappelons que si l’extra-ordinaire prévoit un emprunt pour réaliser un projet, le budget doit prendre en compte 50 % de la charge de cet emprunt dans l’exercice concerné). Notons également le surcoût monstrueux de l’enseignement : 500000 € de financement propre alors qu’il est démontré chaque jour que l’autre réseau d’enseignement se tire d’affaire, plus que honorablement, avec les seuls subsides qu’il reçoit de la Communauté française (subsides identiques à ceux que reçoit l’école communale).
En matière de projets, on relèvera deux gros morceaux : les 9000000 € pour la mise en conformité du Douaire et les 3000000 € pour des travaux à l’école communale. Soit 12000000 € (plus d’un tiers de milliard de FB) dont 40 % à charge de la commune. Les emprunts liés à ces deux projets, vont faire passer la dette communale directement de 10 millions d’euros à 15 millions d’euros.
Voilà tout ce qu’on peut dire du budget.

Fabrique d’Eglise

Adoption du budget 2011 pour les deux parroises.

Sprts et délassement

Adoption du budget 2011.

ICDI

Prochainement, mise à disposition de mini-conteneurs à puce ou code barres chez les particuliers. Le coût des conteneurs sera pris en charge par la commune. Les usagers paieront au poids.

Salle de jeux de hasard

Ouverture prochaine d’une salle de jeux de hasard à l’emplacement de l’ancien LIDL à la chaussée de Charleroi. Cet établissement sera ouvert 24h/24h.
Ce n’est vraiment pas de ce type de développement économique dont Anderlues a besoin. Ce genre d’activité ne présente que des inconvénients : risque d’appauvrissement de certains ne nos concitoyens avec les drames que cela suppose, création d’un nouveau lieu de rendez-vous pour personnes pas toujours très recommandables. Monsieur Tison nous a rassuré en disant qu’il serait client dans cet établissement (quand on a plusieurs salaires, on est évidemment plus à l’aise pour prendre quelques risques).

La ZACC du Fief

Approbation du rapport urbanistique et environnemental (RUE) pour l’érection de 40 habitations le long de la rue du Fief (côté non bâti actuellement). J’ai formulé les remarques suivantes : Je me réjoui du fait que les eaux usées ne devront plus être traitées avant leur envoi à l’égout (théorie que je défends depuis des années, mais combattue par les services techniques de la commune – c’est plus facile d’être dans l’erreur à dix que d’avoir raison tout seul -). J’ai apprécié le fait qu’on ne puisse construite sous la ligne haute tension. Dommage qu’on ait laissé construite plusieurs maisons dans le gabarit de sécurité de cette même ligne, à la rue de Maubeuge. C’est pas moi dit le Bourgmestre, ce sont mes prédécesseurs. P. Tison oublie qu’avant d’être Bourgmestre, il a été Échevin de l’urbanisme. Je me suis par contre étonné de la densité des maisons, en ce sens que les parcelles ne feront guère plus de 3 ares, puisque l’urbanisme impose 30 habitations par hectare. Cela est d’autant plus étrange que les terrains à l’arrière de la zone constructible sont existants. Aucune réponse claire du Bourgmestre.

Personnel

Modification du cadre du personnel pour le service des travaux, en créant un poste supplémentaire d’agent technique en chef au détriment d’un poste d’agent technique.

Divers

Revenant sur le problème de la signature des PV des réunions du Collège, j’ai demandé au Bourgmestre s’il n’y avait pas de contradictions par rapport à la législation. Le Bourgmestre m’a répondu avoir consulté pendant plusieurs heures la législation, pour conclure qu’il pouvait faire ce qu’il voulait sur ce sujet. Monsieur Tison a pourtant été avisé par le Ministre Courard, en janvier 2009, que les PV du Collège devaient comme les PV du conseil être approuvés et signés dès la séance suivante. Pour rafraîchir la mémoire (de plus en lus défaillante) de notre Bourgmestre, je lui ai remis une copie de ce courrier.

Huis clos

Monsieur Tison a profité du huis clos, pour proférer, plus particulièrement à mon égard, une litanie d’insultes. Ce comportement est tout à fait abject et indigne d’un Bourgmestre.

Meilleurs voeux pour 2011.

Jean-Marie Flamant

Ph. Tison et les mathématiques !

Vendredi 24 décembre 2010

Chers lecteurs,

Après avoir dit, sur ACTV, qu’il avait  » présenté  » 22 budgets communaux, alors qu’il en est à son deuxième, Philippe Tison n’hésite pas à prétendre à la presse écrite (NG 23/12/2010) que je suis l’auteur de 42 plaintes près le Procureur du Roi de Charleroi.

A peu de chose près – soyons bon prince -, disons que le personnage commet la même marge d’erreur pour le nombre de plaintes qu’il a commis pour le nombre de budgets qu’il dit avoir présentés. Le rapport est de 1 à 10.

Il n’était pas dans mon intention d’évoquer les problèmes judiciaires sur mon blog, mais la sortie de Tison dans la presse m’oblige à soulever un coin du voile.
En fait, j’ai déposé plainte, essentiellement pour trois choses : 1/ la passation illégale de marché d’auteur de projet pour la piscine, conforté dans cette action par l’avis du Ministre de Tutelle de l’époque. 2/ le non respect du cahier des charges et le détournement de subsides pour la Place Paul Pastur 3/ les mails et lettre d’insultes de Messieurs F Devreeze et F Guerlement à mon encontre.
Au moins une partie de ses plaintes a été mise à l’instruction. Vous comprendrez que je ne m’attarderai pas davantage sur ce sujet.

Pour en revenir aux approximations répétées de Monsieur Tison, on comprend mieux maintenant qu’il tente d’utiliser tous les moyens pour éviter de devoir s’exprimer sur un document constitué uniquement de chiffres comme l’est un budget.

Bonnes fêtes de Noël à toutes et à tous.

Jean-Marie Flamant

Philippe Tison et le budget sur ACTV

Jeudi 23 décembre 2010

Chers lecteurs,

Monsieur Tison déclare, entre autre, sur les antennes de ACTV, ce mercredi 22 décembre 2010, qu’il vient de présenter son 22ème budget. En fait, il s’agit du deuxième puisqu’il s’est attribué cet échevinat au départ forcé de Marie Astrid Feron.

Sa décision de ne pas présenter le budget, de ne pas le commenter et de ne pas répondre aux questions des mandataires, réside tout autant dans son incapacité à le faire que dans son arrogance. Car, c’est au pied du mur qu’on voit le maçon.

Bien à vous.

Jean-Maie Flamant

Conseil communal du 21 décembre à Anderlues sous haute surveillance

Mercredi 22 décembre 2010

Chers lecteurs,

Il s’est passé hier soir à Anderlues des choses plutôt hors du commun.

En effet, en début de conseil communal, et plus singulièrement à l’entame du point consacré au budget 2011, le Bourgmestre a annoncé la couleur en refusant de présenter le budget, de le commenter, et surtout de répondre aux questions des conseillers.

Suite aux réactions verbales appuyées de l’opposition, face à ce nouveau déni de démocratie, Monsieur Tison n’a pas hésité à suspendre la séance… Pour revenir 10 minutes plus tard, flanqué de quatre policiers.

Il est triste et lamentable de devoir faire face à une telle arrogance.

Je reviendrai sur le sujet.

Bien à vous.

Jean-Marie Flamant

La Pravda PS anderlusienne ment !

Lundi 20 décembre 2010

Chers lecteurs,

Aucun conseiller communal de l’opposition, ni du MR d’ailleurs, ne s’est opposé, de quelque manière que ce soit, à la réalisation des travaux de la piscine communale. LE PS MENT.

La semaine dernière, vous avez reçu dans votre boîte aux lettres, un document aux couleurs rubigineuses traitant entre autres des travaux de la piscine d’Anderlues. Cet article est absolument mensonger et je mets au défi quiconque du PS de démontrer le contraire.

Sans revenir sur les détails de l’affaire (voir les nombreux articles qui en traitent), rappelons qu’en 2007 je m’étais insurgé contre l’attribution illégale du marché d’auteur de projet, ce pourquoi, le Ministre m’avait donné entièrement raison, en cassant, par arrêté, la décision du conseil communal.

Après quelques mois de discussions et d’échanges entre commune et tutelle et sur base du fait que les études étaient, selon la commune, quasiment terminées, ces derniers demandaient au Ministre son avis sur les deux propositions suivantes : soit continuer avec le même auteur de projet, soit recommencer la procédure, les deux propositions découlant, de toute manière, sur l’exécution des travaux. Le Ministre attirait une nouvelle fois l’attention de la commune sur l’aspect illégal de la première solution C’est là que seul le PS, a opté pour la première solution. Les autres, y compris le MR, s’étant abstenus ou ayant opté pour la deuxième, compte-tenu de l’aspect illégal entachant la première. On est légaliste ou on ne l’est pas.

Ajoutons encore que l’argument avancé par la commune selon lequel les études étaient quasiment terminés, est plus que léger, puisqu’il a fallu attende encore plus d’un an pour lancer l’adjudication !

Meilleures salutations à toutes et à tous.

Jean-Marie Flamant

PS : Je reviendrai aussi sur l’article de Monsieur Devreeze et de sa vision de la pédagogie.

Conseil communal du 30 novembre 2010 à Anderlues

Mardi 7 décembre 2010

Chers lecteurs,

Désolé pour le petit retard avec lequel je fais le compte-rendu du dernier conseil communal.

Un des deux faits saillants évoqués dans le dernier article a eu pour effet de voter non à tous les points pour ce qui concerne les conseillers de l’opposition. Le non formulé doit être considéré comme un non symbolique.

Procès verbal du conseil précédent :

Le premier point de l’ordre du jour était consacré à l’approbation du procès verbal du conseil communal du 9 novembre, lors duquel, souvenez-vous, j’avais fait remarquer la présence de nombreuses anomalies dans l’élaboration de la modification budgétaire numéro 2, qui avait tout de même été votée majorité contre opposition. Le PV fait état d’une version avec correction des chiffres pour un montant de 703000 € de recettes en moins pour l’extra-ordinaire. Et cela, sans que le Bourgmestre ne daigne donner une explication à posteriori, prétextant que ce point n’est pas à l’ordre du jour du présent conseil. Et oui, parfois, (souvent) on ose ! Mais à quoi cela sert-il encore de faire un conseil communal ?

Dotation à la Police de Binche – Anderlues :

Fixée à 989000 € pour 2011

Règlement de police :

En matière de traitement des sanctions liées aux incivilités, dorénavant, la province s’occupera de tout. Ainsi, la commune s’exonère de toute responsabilité.

Préau pour l’école communale du centre :

Le cahier des charges a été présenté aux conseillers. Sur ce document, j’ai relevé une grosse anomalie. En effet, l’auteur de projet mentionné n’est autre que le secrétaire politique du Collège qui est considéré sur ce document comme faisant partie du personnel du Service Travaux. Cela est illégal, dans ce sens que cette personne n’a fait l’objet d’aucune procédure de recrutement, pour ce poste. Dans le cas où, par exemple, il surviendrait un accident avec cet équipement, la responsabilité du Bourgmestre, voire, celle du Collège tout entier, s’en trouverait engagée. Cette manière de procéder est d’autant plus incompréhensible que la commune dispose d’un agent spécifique, ingénieur – architecte habilité pour accomplir de telles tâches.

Centre culturel :

Présentation de l’avenant 5.

Le poste principal de cet avenant concerne le plafonnage. Lors de l’adjudication, ce poste était fixé à 10000 € HTVA. On nous annonce maintenant un nouveau montant de 27000 € HTVA (presque trois fois plus) sous prétexte qu’on a découvert des irrégularités dans les murs. Tout le monde, et l’auteur de projet y compris, savaient pourtant que cette maison était une maison ancienne. Tout quiconque a fait un peu de rénovation comprendra tout de suite qu’un tel prix (33000 TVAC) est un prix démesuré pour refaire le plafonnage d’une maison (le centre culturel est une ancienne maison d’habitation de taille moyenne).
L’augmentation du poste chauffage (+ 3000 €) pose également question.
Pour ces deux postes, plus quelques petits détails, l’auteur de projet, demandait six semaines de délai supplémentaire. Heureusement, le Collège n’a pas suivi et il a accordé trois semaines seulement. Pour l’avenant 4, le Collège avait accordé, sans véritables arguments, quatre mois de délai supplémentaire, fait que j’avais dénoncé avec insistance. Les leçons serviraient-elles quelquefois ?

Rue du Fief :

Le sol étant mauvais (portance insuffisante), il y a lieu de renforcer les fondations. Coût : 65000 € HTVA
A cette occasion, j’ai réitéré ma demande écrite au Collège de la mi-novembre par laquelle je m’inquiétais du déroulement des travaux de la rue de la Taillette. J’ai reçu une réponse plus que évasive.

Comité des fêtes et comité du folklore :

Les membres des deux comités ont été désignés. Sans dévoiler le secret du huis-clos, je signalerai, cependant, que la manière de voter a paru très étrange. Je laisse aux personnes concernées, le soin d’expliquer le résultat des votes aux candidats.

A part cela, quelques autres décisions ont été prises. Mais, il s’agit de routine.

Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant

Deux faits marquants au conseil du 30 novembre 2010 à Anderlues

Mercredi 1 décembre 2010

Chers lecteurs,

Avant d’éditer le compte-rendu du conseil communal de ce 30 novembre 2010, je tiens à vous faire connaître deux faits qui ont marqué le conseil.

1. Le transfuge

Dès l’ouverture de séance, Madame Dominique Mangeot a demandé la parole pour signifier que dorénavant, elle siégerait en tant que conseillère communale indépendante.
En fait, on a très vite compris que cette indépendance n’était qu’un leurre puisque l’intéressée a voté comme un seul homme, oserai-je dire, avec les amis socialistes.
Son passage définitif à l’ »ennemi » n’est plus qu’une question de jours ou de semaines.
Ce n’est pas à moi d’évoquer les causes de ce transfuge. Ses anciens colistiers s’en chargeront de manière plus précise. Cependant, ce que j’en sais, n’aura certainement pas pour effet de redorer la classe politique, plus particulièrement celle représentée par le parti dominant de la place et de la région.

2. La grève de l’opposition

Le deuxième fait saillant, c’est le mouvement d’humeur de tous les conseillers de l’opposition qui, annoncé dès la présentation du premier point de l’ordre du jour, s’est manifesté durant toute la séance publique du conseil.

A l’occasion de la préparation du conseil communal de ce 30 novembre 2010, les conseillers de l’opposition se sont rendus à l’Administration communale pour consulter les pièces. Dans le même temps, ils ont demandé à lire les procès verbaux des Collèges.

C’est à ce dernier propos que l’opposition témoigne sa plus grande indignation quant à la situation catastrophique qui lui est imposée. Le denier procès verbal du Collège accessible (c’est-à-dire approuvé et signé) date de fin août 2010, soit de plus de trois mois. La raison invoquée par le Bourgmestre est qu’ils sont tous sur son bureau et qu’il doit les lire mot par mot avant de les signer (motif étrange, quand on sait que ces PV ont déjà été approuvés).

Dans une commune, les décisions essentielles sont prises par le Collège. Aucun conseiller ne conteste ce fait. Le Conseil communal est là pour contrôler les agissements du Collège et c’est heureux pour le bon fonctionnement de la démocratie. Mais quand l’accès à l’information est, à ce point, entravé, les jeux sont pipés et il n’est plus possible à chacun d’exerce sa fonction. Je rappelle la réaction de Monsieur Courard, qui, s’agissant des « affaires » à Charleroi, avait reproché à l’opposition, son manque d’attention aux agissements du Collège.

A cette situation, les conseillers de l’opposition voient trois causes possibles toutes aussi graves les unes que les autres.

1. Monsieur Tison est surchargé. Dans ce cas, c’est le cumul de ses fonctions, qui est en cause. On ne voit pas d’inconvénient au cumul de fonctions tant que celui-ci n’influe pas sur le bon fonctionnement des institutions.
2. Monsieur Tison veut celer certaines informations, ou alors, chercher la meilleure formulation pour les faire passer, ou encore, mettre tout le monde devant des faits accomplis.
3. Monsieur Tison a ce comportement, uniquement dans le but de démontrer qu’il est intouchable parce que soutenu, comme il aime à le répéter. Ce serait le fait du Prince.

Ou, un peu de tout cela !

Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flaamnt