• Accueil
  • > Archives pour décembre 2013

Archive pour décembre 2013

Compte-rendu du conseil communal d’Anderlues du 10 décembre 2013

Dimanche 15 décembre 2013

 

 

Il est temps de faire le compte-rendu de la séance du conseil communal du 10 décembre 2013, car le prochain est déjà programmé pour ce 23 décembre.

 

Fait nouveau, depuis sept ans que Philippe Tison est bourgmestre en titre de notre commune, chacun aura remarqué sa première absence. Motif invoqué par le président de l’assemblée, Monsieur Zanola : Monsieur Tison est retenu par une réunion importante. En fait, on apprendra par les réseaux sociaux, durant la séance même, que l’intéressé est installé à une table de café, à Morlanwelz, occupé à regarder un match de football.

Je suis le premier à reconnaître que Monsieur Tison a le droit de se reposer si son état de santé l’impose. Mais, si tel est le cas, on reste chez soi et on ne ment pas à la population. Soit, Monsieur Zanola connaissait la vérité, alors, il a lui-même menti, ou bien, c’est Monsieur Tison qui a menti à ses échevins. Dans les deux cas, c’est inadmissible.

 

Cela étant dit, on peut résumer le conseil à deux points principaux : le budget 2014 du cpas et la nouvelle augmentation des additionnelles du précompte immobilier.

 

En ce qui concerne le cpas, on constate qur les responsables ont fait en sorte que les dépenses ne dérivent pas. Elles s’élèvent, pour 2014, à 5760000 €, dont 1511000 financés par la commune, le reste étant finassé par des subventions et subsides régionaux et fédéraux, pour l’essentiel.

A l’occasion de l’exposé de la présidente, on apprend qu’une étude menée par deux universités montre qu’à Anderlues, 52 % des habitants vivent, d’une certaine manière, sous le seuil de la pauvreté. C’est un des plus mauvais scores du royaume. C’est catastrophique et pour tout dire inadmissible. C’est ainsi que j’ai proposé à la majorité de se mettre tous ensemble, autour d’une table et relever le défi de faire descendre ce pourcentage de 2 points chaque année pendant les 5 futures années de la mandature. Dans ma candeur naïve, je pensais que le collège dans son entièreté allait sauter sur la proposition. Ah que nenni, aucune réaction même pas un murmure. Quand on sait que d’ici un an, pour notre seule commune d’Anderlues, environ 230 personnes vont être exclues du chômage en fonction des décisions prises par le gouvernement fédéral, la proposition que j’ai faite, prenait pourtant tout son sens. Mais à Anderlues, ce n’est pas comme ça que ça marche : on interdit à la minorité d’avoir une bonne idée. Dommage !

 

Pour ce qui est de la taxe additionnelle, on a fixé le taux à 3000. Cela représente, compte-tenu que l’on vient de 2600, un surplus à payer, pur chaque propriétaire, d’environ 60 euros, en moyenne. La plupart des Anderlusiens, avec des revenus modestes, sont propriétaires de leur maison. Ce nouvel effort financier demandera des sacrifices.

 

 

 

Divers :

 

  • L’événement de la semaine a été évoqué. Il s’agit de l’ouverture d’un établissement sur la chaussée de Mons. A ce propos, chacun sait maintenant que le permis unique octroyé par le collège communal n’a pas été respecté, puisque on s’attendait à l’ouverture d’un restaurant – bar (c’est le titre du permis) et on a découvert une discothèque. Selon le permis, l’établissement devait être fermé à 23 heures en semaine et à 24 heures les week-ends et jours fériés. Il suffit de lire la publicité de l’établissement pour bien visualiser qu’il s’agit d’une discothèque ouverte les vendredis et samedis de 23 heures à 5 heures. Par ailleurs, le parking devait être suffisamment grand que pour interdire le stationnement sur la RN90, ce qui est loin d’être le cas. Cerise sur le gâteau, avant l’ouverture de l’établissement, les services communaux sont intervenus quatre heures durant pour procéder à la mise en propreté des alentours et du parking de l’établissement, ce qui est strictement contraires à la loi communale. Dans les faits maintenant, et en dehors de ce manque de sérieux et de ces graves dysfonctionnements, et si les riverains s’accommodent de cette situation, pur moi, personnellement et égoïstement, l’exploitation de cet établissement ne me dérange nullement. Si tout le monde s’en accommode, alors demandons au propriétaire de lancer une demande de régularisation. Je tiens encore à ajouter que j’attire l’attention du collège depuis plus d’un an sur la dérive du projet. Le bourgmestre m’a toujours prétendu que tout se faisait dans les règles. Plus grave encore, deux échevins (Travaux et Urbanisme) ont visité régulièrement les lieux en prétendant également que tout se passait correctement. Interpellant n’est-ce pas ?
  • Depuis des mois, Hadrien Polain s’inquiète de savoir comment fonctionne le comité des fêtes et du folklore. L’échevin concerné le mène en bateau depuis le début. En effet, en faisant quelques recherches, H Polain s’est rendu compte que le comité fonctionne en asbl depuis … juin dernier (il y a 6 mois), les statuts étant parus au moniteur. L’échevin mis devant cette évidence persiste et signe. Je ne suis pas au courant dit-il. Son nom apparaît pourtant dès la première ligne des statuts. Je demande aux échevins de notre commune un peu plus de sérieux. Pour faire ce travail ils reçoivent un salaire plus qu’honorable (équivalent à un salaire d’enseignant).

Merci pour votre attention.

 

Jean-Marie Flamant