• Accueil
  • > comptes-rendus des conseils

Archive de la catégorie ‘comptes-rendus des conseils’

Compte-rendu du conseil communal d’Anderlues du 10 décembre 2013

Dimanche 15 décembre 2013

 

 

Il est temps de faire le compte-rendu de la séance du conseil communal du 10 décembre 2013, car le prochain est déjà programmé pour ce 23 décembre.

 

Fait nouveau, depuis sept ans que Philippe Tison est bourgmestre en titre de notre commune, chacun aura remarqué sa première absence. Motif invoqué par le président de l’assemblée, Monsieur Zanola : Monsieur Tison est retenu par une réunion importante. En fait, on apprendra par les réseaux sociaux, durant la séance même, que l’intéressé est installé à une table de café, à Morlanwelz, occupé à regarder un match de football.

Je suis le premier à reconnaître que Monsieur Tison a le droit de se reposer si son état de santé l’impose. Mais, si tel est le cas, on reste chez soi et on ne ment pas à la population. Soit, Monsieur Zanola connaissait la vérité, alors, il a lui-même menti, ou bien, c’est Monsieur Tison qui a menti à ses échevins. Dans les deux cas, c’est inadmissible.

 

Cela étant dit, on peut résumer le conseil à deux points principaux : le budget 2014 du cpas et la nouvelle augmentation des additionnelles du précompte immobilier.

 

En ce qui concerne le cpas, on constate qur les responsables ont fait en sorte que les dépenses ne dérivent pas. Elles s’élèvent, pour 2014, à 5760000 €, dont 1511000 financés par la commune, le reste étant finassé par des subventions et subsides régionaux et fédéraux, pour l’essentiel.

A l’occasion de l’exposé de la présidente, on apprend qu’une étude menée par deux universités montre qu’à Anderlues, 52 % des habitants vivent, d’une certaine manière, sous le seuil de la pauvreté. C’est un des plus mauvais scores du royaume. C’est catastrophique et pour tout dire inadmissible. C’est ainsi que j’ai proposé à la majorité de se mettre tous ensemble, autour d’une table et relever le défi de faire descendre ce pourcentage de 2 points chaque année pendant les 5 futures années de la mandature. Dans ma candeur naïve, je pensais que le collège dans son entièreté allait sauter sur la proposition. Ah que nenni, aucune réaction même pas un murmure. Quand on sait que d’ici un an, pour notre seule commune d’Anderlues, environ 230 personnes vont être exclues du chômage en fonction des décisions prises par le gouvernement fédéral, la proposition que j’ai faite, prenait pourtant tout son sens. Mais à Anderlues, ce n’est pas comme ça que ça marche : on interdit à la minorité d’avoir une bonne idée. Dommage !

 

Pour ce qui est de la taxe additionnelle, on a fixé le taux à 3000. Cela représente, compte-tenu que l’on vient de 2600, un surplus à payer, pur chaque propriétaire, d’environ 60 euros, en moyenne. La plupart des Anderlusiens, avec des revenus modestes, sont propriétaires de leur maison. Ce nouvel effort financier demandera des sacrifices.

 

 

 

Divers :

 

  • L’événement de la semaine a été évoqué. Il s’agit de l’ouverture d’un établissement sur la chaussée de Mons. A ce propos, chacun sait maintenant que le permis unique octroyé par le collège communal n’a pas été respecté, puisque on s’attendait à l’ouverture d’un restaurant – bar (c’est le titre du permis) et on a découvert une discothèque. Selon le permis, l’établissement devait être fermé à 23 heures en semaine et à 24 heures les week-ends et jours fériés. Il suffit de lire la publicité de l’établissement pour bien visualiser qu’il s’agit d’une discothèque ouverte les vendredis et samedis de 23 heures à 5 heures. Par ailleurs, le parking devait être suffisamment grand que pour interdire le stationnement sur la RN90, ce qui est loin d’être le cas. Cerise sur le gâteau, avant l’ouverture de l’établissement, les services communaux sont intervenus quatre heures durant pour procéder à la mise en propreté des alentours et du parking de l’établissement, ce qui est strictement contraires à la loi communale. Dans les faits maintenant, et en dehors de ce manque de sérieux et de ces graves dysfonctionnements, et si les riverains s’accommodent de cette situation, pur moi, personnellement et égoïstement, l’exploitation de cet établissement ne me dérange nullement. Si tout le monde s’en accommode, alors demandons au propriétaire de lancer une demande de régularisation. Je tiens encore à ajouter que j’attire l’attention du collège depuis plus d’un an sur la dérive du projet. Le bourgmestre m’a toujours prétendu que tout se faisait dans les règles. Plus grave encore, deux échevins (Travaux et Urbanisme) ont visité régulièrement les lieux en prétendant également que tout se passait correctement. Interpellant n’est-ce pas ?
  • Depuis des mois, Hadrien Polain s’inquiète de savoir comment fonctionne le comité des fêtes et du folklore. L’échevin concerné le mène en bateau depuis le début. En effet, en faisant quelques recherches, H Polain s’est rendu compte que le comité fonctionne en asbl depuis … juin dernier (il y a 6 mois), les statuts étant parus au moniteur. L’échevin mis devant cette évidence persiste et signe. Je ne suis pas au courant dit-il. Son nom apparaît pourtant dès la première ligne des statuts. Je demande aux échevins de notre commune un peu plus de sérieux. Pour faire ce travail ils reçoivent un salaire plus qu’honorable (équivalent à un salaire d’enseignant).

Merci pour votre attention.

 

Jean-Marie Flamant

Compte-rendu du conseil communal d’Anderlues du 14 novembre 2013

Lundi 25 novembre 2013

 

 Voici le compte-rendu des principaux points du conseil communal du 14 novembre 2013.

 

 

Comptes 2012 :

 

Le point principal de ce conseil était consacré aux comptes de 2012. L’exercice a été clôturé avec un déficit record de près d’un million d’euros. (972000 € exactement), malgré une augmentation du montant des recettes de 200000 €. Ce mali représente environ 8 % du total des recettes, ce qui est évidemment énorme. Le montant des emprunts a augmenté de 4 millions en un an pour atteindre un total de 15 millions. Le poids annuel de la dette (paiement des intérêts et remboursement du capital), s’élève maintenant à 1,3 millions euros Les économies de notre commune qui étêtent encore de 3,7 millions il y a deux ans, ont chuté à 2,1 millions euros. Le ratio de couverture des emprunts qui était égal à 1,88 il y a 4 ans s’est effondré à 0,2 ce qui est excessivement mauvais (un taux inférieur à l’unité signifie une commune en mauvaise santé). Tous les indicateurs sont au rouge et malgré cela, le commentaire de notre bourgmestre se résume à une ligne dans le rapport de la commission des finances et à zéro commentaire en séance. Le plus inquiétant est que notre commune est en déficit alors que son état général ne cesse de se dégrader.année après année.

Il faut encore ajouter qu’il est inadmissible de présenter des comptes annuels 10,5 mois après la date de clôture de l’exercice. Surtout quand ils sont aussi catastrophiques. Ça laisse peu de temps (6 semaines), pour dégager des économies sur l’exercice en cours.

 

Taxes immondices :

 

En réponse au point évoqué ci-avant, le collège n’a rien trouvé de mieux que d’augmenter plusieurs taxes dont la plupart décidées au conseil d’octobre. Cette fois, il s’agit de la taxe sur les immondices. Très étrange cette augmentation ! En juin dernier, les techniciens de l’ICDI sont venus expliquer, une heure durant, que la mise en place des conteneurs sélectifs aurait pour effet, une réduction des coûts totaux de la collecte et du traitement des immondices. Et que la mise en œuvre de ces conteneurs avait un coût que la commune d’Anderlues ne répercuterait d’aucune manière sur les usagers. J’ai rappelé ces promesses lors du conseil. La réponse est formulée par … F. Dewille, qui nous explique savamment qu’effectivement les contribuables ne paieraient rien pour la mise à disposition des conteneurs, mais qu’il était tout à fait normal de répercuter leur coût par une augmentation de la taxe. Comme si un euro demandé pour payer un équipement n’avait pas la même valeur qu’in euro payé par le biais d’une taxe ! Monsieur Tison a trouvé un allié précieux pour défendre des concepts ridicules.

Les taxes ont été fixées à 90 € pour un isolé au lieu de 75 €, à respectivement 165 €, 175 € et 180 € pour des ménages de 2 personnes, de 3 personnes et de 4 personnes et plus, au lieu d’un tarif unique de 150 €. Au-delà de l’augmentation généralisée, il est tout à fait inadmissible et surtout anti-social, de lier taxe et importance de la famille. En plus, cela ne répond à aucune logique mathématique puisque la taxe est censée couvrir les frais fixes de collecte, les frais de traitement étant maintenant liés au poids des déchets collectés. Et les frais fixes sont les mêmes que la famille se compse de 2 personnes ou qu’elle se compose de 10 personnes. Autrement dit, les familles nombreuses vont payer deux fois. Est-ce cela le socialisme ?

 

Acquisitions diverses :

Comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, on a (la majorité) décidé d’acheter de multiples équipements de bureau comme si chaque chef de bureau s’empressait d’utiliser le budget avant la fin de l’année, que l’équipement soit utile ou pas. Voilà comment on gère notre commune.

Régie communale autonome :

Décision de mettre en place une régie communale autonome chargée de la gestion des infrastructures publiques. En fait, il s’agit d’un tout de passe-passe pour ne plus payer de TVA sur des fournitures de services et de matériel.

Les communes peuvent ainsi profiter de lacunes dans les réglementations fédérales en matière de perception de la TVA. Ce genre d’opération est, au niveau macro-économique, non productive puisque , au total, il en coûte de l’argent.

L’éolien :

Décision de refuser le plan éolien, concocté par la région wallonne, pour notre commune. Cette décision, bien que fondée sur quelques arguments valables, me met mal à l’aise. En effet, tout le monde pleure pour moins de pollution et plus d’énergie verte, mais à condition que les quelques inconvénients soient supportés par les autres.

Divers :

M’inquiétant du carnaval des enfants, j’ai appris qu’il ne serait plus organisé ni par le centre culturel, ni par le comité des fêtes. C’est dommage.

Par ailleurs, j’ai dénoncé un cas d’esclavagisme sur le territoire de notre commune : L’emploi d’ouvriers bulgares payés à un tarif défiant toute concurrence et obligés de loger dans leur véhicule de chantier. Ce constat faisait suite à un autre vécu sur le même chantier, il y a quelque temps, où des ouvriers roumains, pour se loger, squattaient un bâtiment abandonné dans lequel, on a retrouvé des boîtes de nourriture pour animaux. C’est l’échevin des travaux qui répond, en trouvant tout cela normal, car, si les ouvriers logent bien dans le véhicule de chantier, c’est pour « surceiller » le matériel audio qu’ils sont occupés à installer. Pour les Roumains, tout est OK, selon le même échevin, puisqu’il s’agit d’une société dont le propriétaire des lieux où s’effectuent les travaux, est administrateur. Lors du huis-clos, le bourgmestre me dit avoir fait venir toutes les autorité censées surveiller ce type de situation, autorités qui ont constaté que tout était en règle. Dont acte. Pourquoi le bourgmestre ne donne-t-il pas cette information en séance publique ?

Même si tout cela est réglementaire, il n’empêche que c’est inadmissible de traiter de la sorte, des êtres humains. Et que des socialistes cautionnent cela, c’est vraiment interpellant.

Merci de votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal d’Anderlues du 20 mars 2012

Mercredi 28 mars 2012

Voici le compte-rendu du conseil communal d’Anderlues du 20 mars 2012 :

 

Centre culturel :

 

Présentation des comptes 2011 et du budget 2012 : Plusieurs questions ont été posées; Toutes restées sans réponses. L’échevin en charge du centre culturel était pourtant présent mais souffrant. Nous espérons avoir les réponses lors du prochain conseil communal.

 

Accueil  extra-scolaire :

 

Modification du règlement d’ordre intérieur. Paiement au quart d’heure plutôt qu’à la demi-heure comme auparavant.

 

Acquisition de matériel :

 

- une balayeuse pour 235000 €

- un conteneur camion pour 10000 €

- un désherbeur à eau chaude pour 50000 €

Si avec tout cela, Anderlues reste toujours aussi sale, je n’y comprends plus rien.

 

- achat d’une enseigne pour le centre culturel pour 6300 €

C’est beaucoup  d’argent pour une asbl qui est endettée à hauteur de 84000 €

 

Chauffage hôtel de ville :

 

Un budget de 20000 € pour faire un examen de la régulation et apporter les corrections éventuelles.

Enorme ! Avec un tel budget, on place de nouvelles chaudières à condensation équipées d’une régulation moderne.

 

Marchés publics divers :

 

Lancement de nombreux projets. Année électorale oblige.

 

- Aménagement de l’étage de la Maison de la Cohésion Sociale pour une estimation de 60000 €

- Travaux à la salle omnisports pour un montant de 50000 €

- Mise en peinture intérieure et extérieure  de la maison communale pour un montant de 50000 €

- Remise en état de l’abri du parc Janson pour un montant de 14000 €

- Remplacement des châssis de l’école des Bruyères pour un montant estimé de 67000 €

- Remplacement toiture école Polvez pour un montant estimatif de 60000 €

- Pose de portails et de clôtures au terrain des sports de la rue de Maubeuge. Pour 10000 €

- Entretien ponctuel des voiries pour 2012. Budget : 200000 €

 

Place Paul Pastur :

 

Le décompte final avait été présenté au conseil du 28 décembre 2011. De manière précipitée sans doute puisque, selon le collège, un bug informatique avait conduit à une erreur de près de 200000 €. Il a donc été représenté avec, cette fois, des pièces justificatives.

Dans les pièces justificatives, il y a un chapitre qui traite des dépassements de certains postes.

Ainsi, le poste  relatif aux fondations des murs de soutènement pour lequel, l’auteur de projet avait prévu la confection d’un radier en béton armé coulé en coffrage dont le cubage estimé était de 170 m3. Le cubage facturé est de 197 m3.

IRETREC justifie ce dépassement par le fait qu’ayant opté pour une autre technique, celle des éléments préfabriquéq en lieu et place de murs en béton armé coulé en coffrage, l’entrepreneur a dû augmenter le cubage des fondations puisque la base des L  préfabriqués est plus importante que la base des murs initialement prévus.

Quand on sait que l’entrepreneur, avec la bénédiction des surveillants communaux et des responsables d’IGRETEC, n’a pas déposé un seul litre de béton et encore moins un seul kilo de ferraillage sous les L en béton, on peut prétendre qu’il s’agit ici d’un faux en écriture. S’agissant de béton à 600 € le m3, on parle ici de plus de 100000 € d’argent public jeté par la fenêtre. Heureux sont ceux qui étaient à ce moment-là sur le trottoir.

Il n’est pas inutile de rappeler  que le changement de technique adopté pour les murs de soutènement a également conduit à un moindre coût de plusieurs centaines de milliers d’euros. De cela, aucune explication dans le DF d’IGRETC.

Le plus grave, me semble-t-il, c’est que après avoir attiré l’attention de toute l’assemblée sur l’existence d’un faux en écriture et après avoir signifié aux membres du collège , la gravité de la situation dans laquelle il se plaçait, la Majorité PS - MR, dans son ensemble a aprouvé le DF sans sourciller.

Les leçons de Charleroi ne servent vraiment à rien.

Quand on constate une telle monstruosité sur un poste, on peut se demander ce qu’il en est des 99 autres postes du DF.

 

Règlement de police :

 

Arrêt des dispositions en cas de panne des feux tricolores du carrefour du monument

 

Plan communal d’aménagement :

 

Le pentagone limité par la chaussée de Charleroi, la rue de la Gendarmerie, la rue Janson, la rue St Jean et la chaussée de Thuin fait l’obet d’un PCA. J’invite les personnes intéressées à se rendre nombreuses à la réunion d’information qui aura lieu le 4 mai à 14 heures. L’heure est très mal choisie, sans doute, mais pour les fonctionnaires il n’y a pas de problèmes.

 

Bibliothèque :

 

Mise en place d’un conseil de développement de la lecture.

 

Merci pour votre bonne attention.

 

Jean-Marie Flamannt

 

 

-

 

 

 

Conseil communal du 28 décembre 2012 à Anderlues

Samedi 7 janvier 2012

Chers visiteurs,

 

Voici le compte-rendu du conseil communal du 28 décembre dernier.

 

Cimetières :

1. Fixation du prix des concessions et renouvellements :

- 500 € pour une concession pleine terre. Prix identique pour le renouvellement après 20 ans.

- 600 € et 900 € pour une concession de caveau respectivement de 3 et 6 personnes. Prix identique pour le renouvellement après 20 ans.

- columbarium simple : 200 €; columbarium double : 400 €

2. Une parcelle a été réservée pour les personnes se réclamant du culte islamique. A ce propos, j’ai (re)demandé, pour la troisième fois, ce que signifiait l’expression « première inhumation en terre vierge ». Réponse quelque peu hésitante et embarrassée du bourgmestre : on ne peut enterrer un défunt que dans une terre qui n’a jamais été occupée auparavant, la même règle de concession et renouvellement étant appliquée. Ce qui constitue, pour moi, une incohérence, puisque le respect de cette condition équivaut à une concession à perpétuité. Contraire à la loi actuelle. A cette remarque, le bourgmestre répond « courageusement » que le problème se présentera dans 20 ans ou dans 40 ans, quand la concession ne sera pas renouvelée !

 

Régie communale « Séjours pédagogiques en Belgique et à l’étranger »

Adoption du budget.

Notons que l’appellation de cette régie est sibylline. On devrait plutôt la nommer « Séjours à Gigondas » puisque le budget n’est relatif qu’à cela.

On notera aussi la pléthore d’accompagnants pendant toute la durée du séjour : dix adultes pour 23 enfants. Tous frais payés !

 

Budget communal :

Le budget présenté succinctement par le bourgmestre est à l’équilibre. J’ai posé de nombreuses questions dans le but d’apporter des éclaircissements sur certains postes pour lesquels je pense qu’il y a des problèmes d’évaluation. Malheureusement, je n’ai obtenu aucune réponse, le bourgmestre restant avec le doigt dans sa bouche ou répondant n’importe quoi.

Le budget extraordinaire qui reprend tous les investissements financés par des subsides et des emprunts (dix millions), s’élève à près de 22 millions d’euros. Il s’agit le plus souvent de projets s’étalant sur plusieurs années. Parmi ces projets, il y a la mise en conformité du Douaire pour 9 millions d’euros et la construction d’un nouveau bâtiment scolaire au centre pour trois millions d’euros. Ces deux projets sont, pour moi, démesurés. Je suis intimement convaincu que le projet Douaire est fantaisiste ou alors, le législateur est à côté de ses pompes. Pour ce qui concerne la construction d’un bâtiment scolaire, là aussi, il y a d’autres solutions à envisager, beaucoup moins onéreuses. Même si ces projets sont largement subventionnés, il s’agit tout de même de 12 millions d’argent public, d’où qu’ils viennent. Par les temps qui courent il y a, me semble-t-il d’autres priorités.

Indépendamment du bienfondé ou pas de ces projets, ainsi que d’autres, il est anormal que le budget 2012, prenne la totalité des dépenses en compte. Seulement la part dépensée dans l’année devrait être prise en compte.  A cette remarque, le bourgmestre répond qu’il est obligé de pratiquer de la sorte. Pourquoi alors, la tutelle demande de pratiquer comme je le propose. Ce n’est qu’une recommandation, dit alors le même bourgmestre. C’est quand même regrettable que notre bourgmestre réponde n’importe quoi aux questions posées par la minorité. Et il le fait avec tellement d’aplomb que tout le monde, ou presque, tombe dans le panneau. Il est indispensable de vérifier chaque allégation du bourgmestre. C’est regrettable !

A noter aussi qu’il n’y a, pour ainsi dire, aucun investissement qui va dans le sens de l’amélioration du quotidien de chacun d’entre-nous.

A propos du budget, je vous invite également à lire le précédent article de mon blog.

 

Plaine de jeux 2011 :

Approbation des comptes.

 

Rue de la Perche :

Approbation du décompte final

 

Place Pastur:

Le décompte final a été présenté.

J’ai posé des questions sur les dépassements importants de plusieurs postes. Aucune explication.

Deux postes font particulièrement problème : Celui relatif aux fondations des murs de soutènement prévues en béton armé  (170 m3 au métré). Bien que pas un seul litre de béton n’ait été coulé dans les fondations, le DF stipule qu’il y en a 197 m3. Par ailleurs, il est étrange d’observer qu’un état d’avancement antérieur, signé par tous les responsables, certifiant sur l’honneur, la justesse des chiffres, fait état de 212 m3 pour ce poste. L’autre poste traite des murs de soutènement prévus en béton armé coffré, au cahier des charges, pour lesquels, le métré prévoyait 500 m3. Ces murs ont été réalisés, sans accord formel de la commune malgré la demande de l’entrepreneur, avec des éléments préfabriqués 5 fois moins coûteux. Le DF fait état de 359 m3. Ici aussi, un état d’avancement antérieur faisait état de 447 m3. Si tout cela n’est pas du tripotage,  dites-moi ce que c’est ! Rappelons que le prix unitaire de ces m3 sont respectivement de 500 € et 1000 €.

 

Agents constatateurs :

Résiliation de la convention avec la commune de Binche. Raison : Manque d’efficacité des agents. Le bourgmestre va désigner une ou des personne(s) d’Anderlues.

Espérons que la raison invoquée soit la bonne. Espérons également que la commune d’Anderlues ne risque aucune poursuite pour rupture de contrat illégale.

J’en suis arrivé à un point où je mets tout en doute.

 

 Marché public :

Encore un procès perdu par la commune. Cout : 20000 €. Raison : Il y a quelque temps, le collège communal d’Anderlues a décidé de ne pas accordé un marché public à la société Pirlot alors que son offre était la meilleure. Et ce, sur conseil du commissaire voyer, nous dit le bourgmestre.  L’entreprise a déposé plainte et l’avocat de la commune a conseillé de payer une indemnité de 20000 € à Pirlot, jugeant, qu’en cas de procès, la commune serait condamnée.

Voilà ce qui arrive quand on ne respecte pas les règles. Ce que je dénonce depuis des années.

 

Divers :

Question 1 :

Après l’octroi d’un permis d’urbanisme, les riverains ont le droit d’introduire un recours auprès du Fonctionnaire Délégué, dans un délai fixé par la loi. Pour ce faire, il faudrait d’abord que les riverains soient informés de l’octroi du permis.

Dans le cas du projet zacc de la Taillette, les riverains ont constaté, par hasard, (modification, par le promoteur, de la procédure de vente des biens, construits ou pas) que le permis d’urbanisme avait été accordé depuis plus d’un an. Et cela, pour un projet essentiellement différent de celui qui avait été présenté lors de l’enquête publique.

Que reste-t-il aux riverains comme possibilité pour faire modifier ce projet ?

Que peut-on faire pour que telle situation ne se représente plus à l’avenir ?

 

Réponse du bourgmestre :

J’ai reçu les riverains pour ré-expliquer les tenants et aboutissants de ce projet. A mon avis, dit-il encore, il y a peu de chance que le Fonctionnaire délégué change quoi que ce soit au permis d’urbanisme. Dans l’avenir, ajoute-t-il, on ne saura rien faire pour éviter ce genre de problème.

Pour la petite histoire, sachez que Monsieur Tison a reçu un riverain et encore, c’était sur insistance appuyée de ce dernier. Quand je vous dit qu’il faut tout vérifier!  Cela en devient d’ailleurs très pénible.

 

Question 2 :

Quand auront lieu les deux derniers conseils communaux de 2011 ? (ndlr : le code de la démocratie impose dix conseils communaux sur une année. Cette année, le bourgmestre n’en a convoqué que huit)

 

Réponse du bourgmestre :

En raccourci : C’est comme ça, c’est tout.

Et d’ajouter à une question du groupe MSJC qui s’inquiétait, à ce même propos, du manque de respect de la démocratie, la démocratie…, je m’en fous (ou quelque chose d’équivalent).

 

Meilleures salutations à tous et encore meilleurs vœux  pour 2012.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal du 29 septembre 2011

Dimanche 2 octobre 2011

Si j’ai délaissé mon blog pendant trois mois, c’est parce que la vie politique locale a été très calme. les matières à débattre étaient d’autant plus rares que Monsieur Tison s’est arrangé pour bloquer l’accès aux PV du collège pendant de longs mois.

Voici le compte-rendu du conseil communal qui s’est tenu ce 29 septembre. A l’ordre du jour, il n’y avait pas de points particulièrement importants.

Titre honorifique :
Le conseil communal va demander au gouvernement d’octroyer le titre honorifique des fonctions de Bourgmestre pour Monsieur Dubois.

ADL :
Adopton du budget pour 2012.

Acquisitions diverses :
Le conseil a décidé de nombreuses acquisitions dont je vous fais grâce de la liste. L’opposition s’est abstenue.
Le montant global de ces acquisitions dépasse les 400000 euros. J’ai demandé au collège si pour les postes les plus importants, des études de rentabilité avaient été diligentées ? Poser la question était y répondre. Elle a été effectivement négative. A cet effet, je prenais l’exemple du tracteur pour un montant de 167000 €, destiné essentiellement au déneigement (en plus du camion déjà existant), ce pourquoi, il serait peut-être préférable de sous-traiter le service et consacrer l’argent à des choses plus essentielles.
Il manque manifestement dans le collège un véritable patron des finances.

Halte-garderie :
Création à l’école communale des Bruyères d’une halte-garderie. J’ai informé le collège de la possibilité de subventions pour ce type d’investissement. Monsieur Tison a fait la sourde-oreille.

Rue de la Gripelotte :
Ratification de l’avenant 2 (nouvelles fondations).
Alors que ce chantier a fait l’objet de nombreux dysfonctionnements et a duré plus de deux fois le temps prévu, il a fallu attendre les dernières semaines pour se rendre compte que la portance du terrain était médiocre et qu’il fallait mettre en place de nouvelles fondations. Cet épisode montre une nouvelle fois le manque de professionnalisme et surtout le manque de suivi des travaux qui se déroulent sur le territoire de notre commune. Cela étant, il apparaît que les travaux effectués et réceptionnés laissent à désirer, à en croire certains riverains.

Fluxys :
Acquisition par la commune de trois emprises à la rue Jules Destrée, pour un euro symbolique. Pas de gros risques de pollution.

Stationnement :
Suppression du stationnement alterné semi mensuel dans les rues des Combattants, Docteur Cailleau, de Nivelles, du Vieux cimetière, du château et Cardinal Mercier.
Les zones de stationnement seront permanentes et leurs emplacements seront décidés avec des spécialistes de la Région wallonne. Nous avons demandé qu’une fois établis, les plans de stationnement soient présentés aux riverains pour qu’ils puissent émettre leurs avis. Refus catégorique du Bourgmestre. Je pense pourtant qu’il serait profitable pour tout le monde de pratiquer ainsi, tout en sachant qu’il est impossible de contenter tout un chacun, mais qui mieux que le riverain, connaît la situation devant le seuil de sa porte. L’expérience a déjà montré dans le passé, que des aberrations avaient été commises dans ce domaine.

Jumelage :
Décision de principe de jumeler Anderlues avec Mammola en Italie.

Divers :

J’ai demandé au Bourgmestre de nous expliquer pourquoi ORES ne débutait pas les travaux d’installation de l’éclairage de la place. C’est ainsi que nous apprenons que le dossier est toujours bloqué à la région wallonne, mais qu’il sera débloqué incessamment sous peu. Je rappelle que ce marché a été passé il y a trois ans et qu’à l’époque j’avais fait remarquer au collège qu’il y avait irrégularité dans le processus de passation de commande. Comme à l’habitude, ma remarque avait été repoussée d’un revers de la main. C’est dommage, mais c’est toujours comme cela.

Par ailleurs, je me suis enquis de l’état d’avancement du programme de construction des 100 logements à la rue de la Taillette. Monsieur Tison nous confirme que le permis d’urbanisme a été octroyé, mais il dit ne rien savoir sur la date de début des travaux. Pour mémoire, le PU expire en aout 2012.

Je suis revenu sur les promesses de Monsieur Tison de faire enlever le dépôt d’immondices à la rue Destrée; Gauche avait aussi posé la question.
Monsieur Tison nous a dit qu’il avait contacté le propriétaire du terrain juste avant le conseil et qu’il l’avait mis en demeure de nettoyer l’endroit dans les délais les plus courts. Aux dires de Monsieur Tison, le propriétaire lui a promis de faire évacuer les déchets endéans les quinze jours. Wait and see.

Meilleures salutations à toutes et à tous.

JM Flamant

Conseil communal du 21 juin 2011 à Anderlues

Dimanche 26 juin 2011

Chers visiteurs,

Voici le compte-rendu du conseil communal qui s’est tenu à Anderlues ce 21 juin 2011.

Nomination d’un nouveau conseiller communal, en la personne de Monsieur Julien Cobbo pour le parti MR, en remplacement de Monsieur Carbonetta Jean Camille, décédé récemment.

Modification budgétaire N° 1 :

On notera d’abord une dégradation du résultat budgétaire de 482000 €, et ce, malgré une augmentation de recette de 110000 €. Cela signifie donc une augmentation de dépenses de près de 600000 €.
Ce qui conduit à un nouveau résultat négatif de 412000 pour l’exercice propre 2011.
Une des raisons de cette dégradation est l’augmentation du poste traitements pour plus de 180000 €. Si je comprends les raisons évoquées dans les commentaires, à savoir l’engagement de 5 agents et un index de 2 %, je comprends beaucoup moins pourquoi cela n’a pas été prévu au moment de l’élaboration du budget. Gouverner, c’est prévoir.
On notera que les 33000 € de subsides communaux en faveur de la régie « séjours pédagogiques » ne sont pas repris dans la rubrique enseignement, comme l’avait affirmé le bourgmestre lors de la création de la régie, mais bien sous une autre rubrique. Bonjour la transparence.
A l’extra-ordinaire, on notera le dédommagement « carrefour » d’un montant de 40000 € (encore un procès en justice perdu par la commune)
Toujours à l’extra-ordinaire, on notera une nouvelle dépense importante :Quand j’ai fait remarquer au collège, il y a trois mois, que les études déjà réalisées pour les nouveaux bâtiments scolaires avaient été jetées au bac malgré la dépense de 50000 €, il m’a été répondu par le bourgmestre que les nouvelles études ne couteraient rien vu la pléthore d’architectes disponibles à la commune. Alors, pourquoi ce budget de dépense de 100000 € pour honoraires? Pour des études particulières dit le bourgmestre (auxquelles on n’avait pas pensé, encore une fois…)

Antenne centre :
Adpption du rapport d’activités.

Redevance permis de location :
Fixée à 125 €.

Subventions pour associations :
Je suppose que chaque association ou club recevra l’information en direct. J’ai déploré que de nombreuses associations qui jouent un véritable rôle social, en se réunissant de manière hebdomadaire, reçoivent seulement une aumône eu égard à certaines autres qui ont une activité d’un seul weekend sur l’année.

Préau école du centre :
Adoption d’un avenant relatif à l’aménagement du sol. pour un montant de 15000 €.
Cette manière de faire est étrange étant donné qu’il s’agit d’un préau démontable (modulaire) et que dès lors, ce travail devrait faire partie d’un nouveau marché et non d’un marché annexe. De plus, encore une fois, ce travail aurait dû être prévu dès l’élaboration du projet.

Pont du Marais :
Décision de restaurer cet ouvrage d’art.

Salle omnisports :
Décision de restaurer les toilettes et les huisseries.

Ecole du centre :
Remplacement des chaudières. Pour 93500 €
Amélioration de l’acoustique de la salle de gymnastique.
Désignation d’un bureau d’études pour la nouvelle construction (voir plus haut)

Maison de la cohésion sociale :
Aménagement de l’étage. Pour 50000 €.

Voilà pour les points principaux du conseil.

Questions orales:

Q1 :Revenant sur les avenants 1 à 6 des travaux de la place Pastur, qui à chaque fois comportent, dans leur libellé, la mention « travaux subsidiés », comment peut-on être assuré qu’ils seront effectivement subsidiés?
Réponse : Contrairement à ce qui était indiqué sur les documents, tous les travaux repris dans ces avenants seront à charge de la commune. Il en coûtera finalement plus de 1300000 € à la commune pour l’ensemble des travaux. Le montant global devrait s’élever à 3100000 €

Q2 : Que compte-t-on faire pour pallier les nombreux manquements constatés sur la place Pastur ? Sans revenir sur la problématique des murs de soutènement et sur l’utilisation plus que litigieuse des subsides pour la halle, je citerai particulièrement le non respect du csc pour le placement des pierres naturelles de parement et le placement plus que négligé des dalles 30 x 30.
Réponse : Aucune réponse sensée.

Q3 :Ne serait-il pas opportun d’imposer à ORES, des délais courts pour l’exécution des travaux de raccordement ? En effet, il n’est pas rare de voir des trottoirs ouverts plusieurs mois, rendant dangereuse la circulation des piétons .
Réponse : Oui, mais nous sommes impuissants. Étrange quand on sait que ce sont les communes qui constituent le conseil d’administration de ces intercommunales ...

Q4 :Toujours à propos d’ORES, quelle est la nouvelle raison invoquée aujourd’hui, pour la non-réalisation de ses engagements dans le cadre du marché de fourniture et d’installation de l’éclairage de la place ?
Le chantier de la place devait durer un an. On en est à 27 mois !
Réponse : Aucune explication !

Q5 :Le 26 avril dernier (il y a deux mois) l’échevin des travaux nous affirmait, en séance, que les immondices déposés clandestinement à la rue Destrée (plus loin que le numéro 200), seraient enlevés dans les deux jours. Aujourd’hui, ce n’est toujours pas le cas. Que se passe-t-il ?
Réponse : Très vague… Pourtant, on a dressé procès verbal. dit l’échevin des travaux.

Q6 :En quoi consiste cette enquête relative au raccordement à l’égout, menée auprès d’une partie de la population de la commune ?
Comment fonctionne, aujourd’hui, notre station collective d’épuration ?
Réponse : La station d’épuration (enfin en service), marche mal. Les eaux sont trop peu chargées. IDEA souhaite connaître le nombre d’habitations raccordées directement à l’égout sans passer par une fosse.
Entre 2000 et 2005, j’ai écrit de nombreux courriers au collège de l’époque en signalant déjà ce risque de mauvais fonctionnement de la station. Les autorités communales ont toujours fait la sourde oreille.

Q7 :Toujours à propos de l’égouttage public, je souhaiterais que les services techniques de notre commune, aidés en cela par un représentant de la SPGE et/ou d’IDEA, organisent une réunion d’information citoyenne sur la situation actuelle d’Anderlues dans le cadre de l’assainissement du sous-bassin de la Haine.
Réponse : Oui, pourquoi pas.

Merci pour votre bonne attention.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal du 26 avril 2011 à Anderlues

Dimanche 1 mai 2011

Troisième conseil communal très calme.

Adoption du budget pour la régie communale ordinaire « Séjours pédagogiques et voyages scolaires » :
La commune subventionnera (prochaine modification budgétaire) cette régie à hauteur de plus de 33000 €. La majeure partie du budget est consacrée aux séjours à Gigondas. On notera à ce dernier propos que les autorités communales prévoient un accompagnant adulte pour trois enfants alors que la règle est un accompagnant pour dix enfants. Eh oui, on est très large pour certaines choses à Anderlues !

Approbation des comptes « Sports – délassement » :
L’exercice 2010 se solde par un boni de 12500 €. Rappelons que la dotation communale était de 343000 €.

Décision d’acquisitions diverses. Notons l’achat de cinq nouveaux véhicules, dont deux électriques.

Approbation du cahier des charges modifié pour la rénovation de la rue Wauters.

Approbation des fiches projet pour la réfection des rues suivantes : de Maubeuge, Ferrer, de Lacherez, du Brûle, et du Château.

Approbation de l’avenant 6 de la place Pastur. Il comporte trois points rédigés de manière on ne peut plus laconique:
- Changement d’essences pour les plantations : 5000 €
- 40 bornes cylindriques en acier amovibles : 14500 €
- un garde-corps sur le mur de l’impasse de l’hospiteau : 10000 €
Ce libellé représente la seule pièce officielle qui sera jointe à la commande à l’entreprise en charge des travaux.
Le premier item (plantations) faisait l’objet de 9 postes dans l’offre initiale, chacun reprenant le type de plante, sa hauteur, etc… pour un montant total de 5000 €. Maintenant, avec ce genre de document, l’entreprise sèmerait de la pelouse, qu’on ne pourrait rien lui réclamer. Et cela, pour deux fois plus d’argent.
Pour le deuxième item, on constate que chacune des 40 bornes supplémentaires coûtera 297 € htva. Les 20 premières bornes, prévues au moment de l’offre initiale, seront facturées à 1443 € htva la pièce, sans compter pour chacune d’elle un supplément de 300 € htva, décidé dans l’avenant 3 pour les avoir en acier inox plutôt qu’en acier au carbone. Interrogé sur cette anomalie l’échevin des travaux explique qu’il s’agit, pour les 20 bornes d’origine, de bornes électriquement escamotables, bien que le bourgmestre achevait de dire qu’il s’agirait, pour ces 40 bornes supplémentaires, de bornes strictement identiques aux 20 premières. Notons encore que les références au cahier des charges sont exactement les mêmes pour les 20 bornes et pour les 40 bornes. Et que la dénomination des deux séries est strictement la même. Bizarre !
En ce qui concerne le garde-corps, aucune indication sur les dimensions ni sur la matière. Aucune référence au cahier des charges. L’entrepreneur placerait un treillis de cage à poules, qu’on ne pourrait en rien réclamer !
Avec cet avenant 6, en tenant compte du coût de l’éclairage, des honoraires d’auteur de projet et des inévitables révisions de prix, La note de la place s’élève à plus de 3100000 € Notons, en passant, que l’estimation de l’échevin des travaux est de 2100000 € soit un million de moins. Quand on connaît aussi mal ses dossiers, comment voulez-vous que l’on conduise correctement ses chantiers ?
J’ai bien évidemment voter contre ce point. Pas contre le principe, mais contre l’amateurisme des services techniques.

Avis favorable pour la révision du plan de secteur de La Louvière pour le tracé définitif de la N54.

Interdiction aux plus de 3.5 tonnes à la rue Debiseau. Idem rue à Dettes, rue des Fusillés et rue du Vanériau.

Divers :

Q1 : Pourquoi l’installation de l’éclairage de la place Pastur ne démarre toujours pas ?
Réponse de l’échevin des travaux : Le cahier des charges a été refusé plusieurs fois par la RW, et c’est il y a peu qu’on a pu libérer le dossier.
Cela n’est qu’une toute petite partie de la vérité. En fait, ORES qui est en charge d’installer cet éclairage, n’a pas respecté les règles en matière de marchés publics, en ne consultant qu’un fournisseur pour les équipements. Je dénonçais déjà cette anomalie, le 4 novembre 2009, quand on a présenté la première version du cahier des charges. Si à cette époque, le collège avait écouté mes remarques, l’éclairage serait opérationnel depuis de nombreux mois. Mais à Anderlues, ce que pense la minorité n’a aucune valeur.

Q2 : A la rue Jules Destrée, aux environs du numéro 200, est en train de se créer une véritable décharge publique. Comment se fait-il que l’autorité communale accepte une telle situation ?
Réponse de l’échevin des travaux : Des conteneurs sont sur place et la situation sera réglée rapidement.

Q3 : Est-il prévu de replacer la statue du Docteur Caillaux sur la place ? Si oui, à quel endroit ?
Réponse : Oui. Elle sera replacée à gauche de l’escalier.

Q4 : Pourquoi les travaux de la rue de la grippelotte sont-ils à l’arrêt ?
Réponse de l’échevin des travaux : A cause d’un litige avec l’entrepreneur suite à une mauvaise réalisation des filets d’eau

Q5 : A quand l’accès au cimetière par l’entrée principale ?
Réponse de l’échevin des travaux : On va reboucher la tranchée et on va commander la grille.
En octobre 2009, le délai de réalisation du projet était de 60 jours. On peur peut-être espérer que pour la Toussaint prochaine, tout sera OK.

Toutes ces réponses montent, à l’envi, que les travaux en cours dans notre commune (sans parler de la piscine ou de la malterie ou encore du centre culturel) sont particulièrement mal suivis.
Dans les mandatures précédentes, tant le collège que le service d’urbanisme que le service des travaux étaient composés de personnes moins diplômées mais les personnes qui étaient aux commandes étaient présentes et avaient du bon sens, surtout celui de la gestion en bon père de famille.

A bientôt.

Jean-Marie Flamant

Anderlues : conseil communal du 29 mars 2011

Samedi 2 avril 2011

Pour la deuxième fois consécutive, le conseil communal s’est déroulé dans une bone ambiance, sans injure et sans dictat. C’est quand même plus agréable et moins stressant. Ce n’est pas pour autant qu’il faille baisser la garde.

L’approbation du PV de la séance précédente a fait l’objet d’une remarque de ma part en ce sens que le débat sur le point supplémentaire que j’avais introduit, en bonne et due forme, et qui traitait du modus operandi des contrôles ciblés organisés par la police de Binche – Anderlues, ne faisait l’objet d’aucune mention. La secrétaire communale a fini par admettre d’y remédier.

Octroi de subventions à Crazy bikers et Action laïque.

Approbation des comptes de l’agence de développement local, du plan de cohésion sociale, des classes de dépaysement, du comité de jumelage, du comité des fêtes, du comité du folklore et du centre culturel.
Si la plupart de ces comptes n’ont fait l’objet d’aucune remarque, il n’en a pas été de même pour les comptes du centre culturel qui se soldent par un déficit de 65000 €, soit une somme équivalente au tiers du budget total. Ce déficit est, pour ainsi dire, dû uniquement à l’opération « Podium » du mois d’aout dernier, avec ce chanteur pour dames.
Les responsables du centre ont « organisés » les comptes de résultats de manière à ne pas trop montrer les très mauvais choix qu’ils avaient faits. Et cela, en casant dans la rubrique « charges exceptionnelles » toutes les dépenses un peu gênantes. Sur directives de la Communauté française, disent-ils. Tiens donc !
Toujours pour le centre culturel, je me suis étonné de la disparition du budget tickets restaurant pour l’année 2011. Réponse très hésitante mais affirmative de l’échevin F. Devreeze. Cette décision ferait suite aux résultats catastrophiques de 2010. Ah oui, les chefs se trompent de stratégie et c’est le personnel qui trinque. Bravo le PS !

Mise sur pied d’une régie communale ordinaire pour la gestion des voyages scolaires et des séjours pédagogiques en Belgique et à l’étranger.
Selon le collège, cette initiative émane d’une demande du receveur communal et de la secrétaire communale, et ce, dans un souci de clarté.
A mon sens, cela n’est pas nécessaire puisque tous ces postes apparaissent déjà de manière isolée dans la rubrique « enseignement ». Je crois plutôt qu’il s’agit d’un subterfuge pour dégrever les dépenses astronomique directement liées au poste « enseignement ». Et rien d’autre.
En réponse à cette remarque, le bourgmestre a juré que les subsides accordés à cette régie par la commune seraient imputés au poste « enseignement ». Vigilance !

Décision de nombreuses acquisitions en marchés publics dont du mobilier pour 40000 € pour le centre culturel. Il faut bien les encourager ! N’est-ce pas ?

Pour la malterie de l’étoile, décision d’une nouvelle augmentation de budget de 132000 € pour l’isolation et l’enduit de la façade. Çà commence à devenir un peu cher !

Dorénavant, les maraîchers occupant le domaine public seront tenus de collecter et d’emporter leurs déchets.

Pour la construction du nouvel hôtel de police de la zone Binche – Anderlues en face du magasin Delhaize à Epinois, Monsieur Bonnier F. a été désigné comme fonctionnaire dirigeant, rétribué par les services de police.

Nouveau règlement communal pour les raccordement à l’égout. Je reviendrai sur ce point dans un prochain article.

DIVERS : Questions orales

1. Égouttage de la vallée de la Haie : Comment se fait-il que le tracé des égouts soit prévu rive gauche et non rive droite. Tous les piquages seront situés rive droite puisque c’est de ce côté que se situent les habitations.
Le bourgmestre répond que seul IDEA est maître du jeu.
Voir article séparé pour détails sur ce sujet.

2. Lors du conseil communal du 8 février 2011, il a été décidé de recommencer la procédure pour l’étude et la réalisation de travaux à l’école du centre. En séance, j’ai questionné le collège sur l’état d’avancement de cette étude dans le cadre du projet PPP (participation public privé), désormais abandonné sur décision du gouvernement de la Communauté française. Bizarrement, il m’a été répondu qu’on ne savait pas qui avait fait l’étude, ni à quel stade l’auteur de projet en était arrivé ! Pourtant, un examen très succinct montre que l’auteur de projet, Monsieur Blairon, avait terminé les plans et qu’il se préparait à établir le cahier des charges en vue de lancer la procédure d’adjudication. Et que pour ces prestations, il avait  rentré des factures, – honorées depuis - , pour un montant cumulé de 50000 €. Pourquoi avoir repoussé d’un revers de main tout ce travail ? Pourquoi ne pas avoir repris le dossier là où il avait été abandonné et le compléter, le cas échéant, avant de relancer le projet ?
Le bourgmestre répond que c’est un choix délibéré du collège d’abandonner l’ancien projet en même temps que l’ancien chef de projet car ça coûtera moins cher à la communauté. Puisque le nouvel architecte est un architecte communal qui ne « coûte rien ». Dans ce cas ai-je rétorqué, pourquoi avoir fait la dépense initiale de 50000 € ? Silence radio !

3. Le 12 novembre 2010, j’adressais un courrier au Collège communal en m’inquiétant de la qualité de la réalisation des travaux de la rue de la Taillette. Début février, je m’entretenais longuement sur le même sujet avec vos services techniques. Pourriez-vous exposer votre position officielle sur cette problématique ?
Le bourgmestre répond que les contrôleurs de chantier n’ont rien vu d’anormal en cours de réalisation. Mais…, on (la commune) a quand même fait des tests (on était donc pas si sûr que ça).
Quand on sait que pour les bordures, c’est IDEA qui a découvert l’anomalie qui a conduit au démontage, et non pas les services communaux, on peut être très dubitatif. N’est-ce Pas ?

4. Quelle est la date contractuelle, compte-tenu des avenants et des intempéries, de l’achèvement des travaux de la place Pastur ? Pourquoi ORES n’installe-t-il pas les équipements pour l’éclairage public ?
L’échevin des travaux répond qu’il y en a une. Mais il ne veut pas la dire. Très bizarre !
Quant à ORES, il ne commence pas l’installation parce qu’il lui manque un document !

5. Quelle est la suite accordée à mon courrier adressé au Collège le 22 mars dernier concernant les nuisances de la rue des Combattants (travaux de terrassement et stockage de caveaux) et de la chaussée de Mons (dépôt d’immondices) ?
Le bourgmestre et l’échevin des travaux répondent que les trous sont rebouchés en face de l’entrée du cimetière, que les caveaux sont en cours de transfert dans l’enceinte du cimetière et que pour la chaussée de Mons, les sacs d’ordures ont été enlevés.

Pour terminer, je relaterai une question posée par le groupe gauche qui s’inquiétait de la procédure utilisée pour faire démonter, en pleine nuit, un échafaudage rue Paul Janson.
La version du bourgmestre est que vers minuit, il a été informé par l’échevin Zanola de la présence de cet échafaudage, qu’il a aussitôt informé Monsieur Gilbert de la zone de police qui est venu sur les lieux en sa compagnie pour faire démonter l’échafaudage, séance tenante, ce qui fut fait, par l’entreprise concernée, entre 2 heures et 6 heures du matin.
On se serait cru dans l’urgence de Fukushima au Japon !

Merci pour votre fidélité et à bientôt.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal d’Anderlues du 8 février 2011

Lundi 14 février 2011

Chers lecteurs,

Voici, avec quelques jours de retard, le compte-rendu du conseil communal qui s’est tenu le 8 février 2011.

CPAS :

Après une présentation du travail du conseil communal des enfants, le conseil a eu rapidement droit à la présentation du budget du cpas pour l’exercice 2011.
Les dépenses totales pour 2011 s’élèvent à 5 113 000 € et la part communale couvre 1 386 000 €, le restant étant couvert par des subsides régionaux, communautaires et fédéraux ainsi que par certaines recettes de prestations à travers les chèques service par exemple.
L’aide aux plus démunis de notre commune coûte à chacun de ses habitants la somme de 117 €. C’est un peu plus que la moyenne de la région wallonne.
Les dépenses de notre cpas sont malheureusement justifiées par le niveau très bas des revenus des habitants de la commune et par le taux de chômage beaucoup trop élevé.
On ne réussira à améliorer la situation qu’en créant de l’emploi, non pas en favorisant le commerce de masse, qui aurait plutôt un effet inverse en favorisant l’endettement, mais en attirant des emplois industriels qui eux seuls créent de la richesse. Mais c’est sans doute plus difficile à générer.

Ecole du centre :

Abandon du projet PPP (partenariat public privé) suite à la décision de la communauté française à cause du coût trop élevé de ce principe, et élaboration d’un nouveau projet étudié par les architectes de la commune et financé à 40 % par fonds propres à travers un emprunt à 1.25 %.
Dans l’aventure, la commune a malheureusement perdu tout le travail fait dans le cadre du premier projet.

Stationnement rue de Nivelles :

Abandon du stationnement alterné semi mensuel entre le numéro 239 et la limite de Piéton. Interdiction du stationnement du côté impair.
Il y a une volonté du Bourgmestre d’abandonner le stationnement alterné semi mensuel sur tout le territoire communal.

Point supplémentera introduit par le CDH :

Le point supplémentaire traitait des règles de sécurité à respecter lors de contrôles routiers ciblés, organisés par la police.
C’est suite à un accident survenu à la chaussée de Charleroi à hauteur de l’ancien magasin LIDL, le 18 janvier dernier, lors d’un contrôle alcool, que le cdh a introduit ce point à l’ordre du jour.
Pour effectuer ce contrôle la police opérait en envoyant un motard chercher les automobilistes venant de Charleroi, les uns après les autre, en les invitant de manière équivoque à se rendre dans le parking de LIDL. Pour ce faire, le motard traversait sans cesse les trois bandes de la chaussée en obligeant les automobilistes à faire de même, avec tous les dangers que cela comporte, tant pour les policiers que pour les automobilistes.
Le conseil communal a décidé d’interpeller le conseil de police sur le sujet, lors de la prochaine réunion du conseil de police de la zone Binche – Anderlues.

Questions orales du CDH :

Q1. Le 21 décembre 2010, le conseil communal a adopté le RUE (rapport urbanistique environnemental) pour la mise en œuvre de la ZACC (zone d’aménagement communal concerté) de la rue du Fief. Lors de la présentation de ce point, vous avez omis de faire part à l’assemblée de l’existence d’un rapport de la CWEDD (conseil wallon de l’environnement et du développement durable) qui donne un avis franchement défavorable. Pourquoi ne pas avoir évoqué ce rapport ? Le RUE doit-il encore être approuvé par la région wallonne ? Quelle attitude va prendre la commune d’Anderlues ?

Réponse : Le bourgmestre dit ignorer l’existence du rapport de la CWEDD. Le RUE doit encore être accepté par la région wallonne. (NDLR : Le RUE risque fort d’être refusé).

Q2 Le bus de la ligne 91 Montigny-le-Tilleul – Chapelle passe normalement par le centre d’Anderlues à la place Pastur. Depuis les travaux, l’itinéraire a été modifié ce qui oblige les usagers à se rendre au Roi de Belges pour prendre ce bus. Dans l’état où se trouve la place actuellement, il me semble qu’il n’y a plus aucun problème à ce que le bus 91 emprunte à nouveau son itinéraire normal.

Réponse : L’administration communale contacte le TEC pour les autoriser à reprendre l’itinéraire normal.

Motion de Gauche :

Le groupe Gauche a déposé une motion pour rappeler à monsieur De Wever et ses amis, l’importance de sauvegarder la sécurité sociale au niveau fédéral;
La minorité a voté pour et la majorité s’est abstenue à l’exception de l’échevin des travaux qui a voté contre en prônant plutôt un boycott des entreprises flamandes. Très bizarre … !
J’ai répondu à cet échevin que , si la Wallonie est le premier client de la Flandre, il en va de même pour la Flandre vis-à-vis de la Wallonie. Et de plus, pour aller travailler, chaque matin il y a deux fois plus de Wallons (40000) qui prennent la direction du Nord qu’il n’y a de Flamands qui prennent la direction du Sud. Cet échevin est manifestement très mal informé.

Merci de votre fidélité.

Jean-Marie Flamant

Conseil communal d’Anderlues du 21 décembre 2010

Mardi 28 décembre 2010

Chers lecteurs,

Je n’ai pas vraiment le coeur à l’ouvrage pour vous faire rapport du dernier conseil communal vu les évènements qui s’y sont passés. Mais, je me sens obligé de m’y atteler pour raison de fidélité à mes principes.

A l’ouverture de la séance, nous avons annoncé la couleur en décidant, une nouvelle fois, de voter (presque) systématiquement non à tous les points repris à l’ordre du jour, étant donné la persistance de Monsieur Tison de nous barrer la route aux PV des réunions du Collège communal. Action des plus symboliques, évidemment.

Après l’approbation de la modification budgétaire N°2 du CPAS pour laquelle, nous avons (l’opposition quasiment dans sa totalité) voté oui, le Bourgmestre a abordé le point traitant du budget 2011.

Budget 2011

Dès l’entame de ce point, le Bourgmestre annonce la couleur. Il ne présentera pas le budget, il ne le commentera pas et, pire encore, il ne répondra à aucune question des mandataires. Véritable déni de démocratie, s’il en est.
A cette attitude surréaliste du Bourgmestre, tous les conseillers de l’opposition ont manifesté, en coeur, leur désapprobation. Le ton ayant monté quelque peu, le Bourgmestre décida de suspendre la séance et de faire appel à la police. Cela a pris moins de dix minutes, comme si tout avait été prémédité. Manifestement, le Bourgmestre avait pris quelques stimulants pour mieux monter à l’abordage.
A la reprise des pseudos débats, le Bourgmestre persiste et signe. Les conseillers de l’opposition font le forcing et posent leurs questions. Mais en vain. Cependant, certains échevins, manifestement agacés et encouragés discrètement par la secrétaire communale osent quelques bribes d’explications, et ce, en plus grand dam de P. Tison.
Pour en revenir au budget, signalons que le budget ordinaire se solde par un très léger boni. Notons qu’il y a volonté,vu à travers les chiffres, de réduire quelques dépenses de fonctionnement. Nous avons, cependant, trouvé étrange qu’aucune charge d’emprunt liée aux nouveaux projets n’ait été portée en compte (rappelons que si l’extra-ordinaire prévoit un emprunt pour réaliser un projet, le budget doit prendre en compte 50 % de la charge de cet emprunt dans l’exercice concerné). Notons également le surcoût monstrueux de l’enseignement : 500000 € de financement propre alors qu’il est démontré chaque jour que l’autre réseau d’enseignement se tire d’affaire, plus que honorablement, avec les seuls subsides qu’il reçoit de la Communauté française (subsides identiques à ceux que reçoit l’école communale).
En matière de projets, on relèvera deux gros morceaux : les 9000000 € pour la mise en conformité du Douaire et les 3000000 € pour des travaux à l’école communale. Soit 12000000 € (plus d’un tiers de milliard de FB) dont 40 % à charge de la commune. Les emprunts liés à ces deux projets, vont faire passer la dette communale directement de 10 millions d’euros à 15 millions d’euros.
Voilà tout ce qu’on peut dire du budget.

Fabrique d’Eglise

Adoption du budget 2011 pour les deux parroises.

Sprts et délassement

Adoption du budget 2011.

ICDI

Prochainement, mise à disposition de mini-conteneurs à puce ou code barres chez les particuliers. Le coût des conteneurs sera pris en charge par la commune. Les usagers paieront au poids.

Salle de jeux de hasard

Ouverture prochaine d’une salle de jeux de hasard à l’emplacement de l’ancien LIDL à la chaussée de Charleroi. Cet établissement sera ouvert 24h/24h.
Ce n’est vraiment pas de ce type de développement économique dont Anderlues a besoin. Ce genre d’activité ne présente que des inconvénients : risque d’appauvrissement de certains ne nos concitoyens avec les drames que cela suppose, création d’un nouveau lieu de rendez-vous pour personnes pas toujours très recommandables. Monsieur Tison nous a rassuré en disant qu’il serait client dans cet établissement (quand on a plusieurs salaires, on est évidemment plus à l’aise pour prendre quelques risques).

La ZACC du Fief

Approbation du rapport urbanistique et environnemental (RUE) pour l’érection de 40 habitations le long de la rue du Fief (côté non bâti actuellement). J’ai formulé les remarques suivantes : Je me réjoui du fait que les eaux usées ne devront plus être traitées avant leur envoi à l’égout (théorie que je défends depuis des années, mais combattue par les services techniques de la commune – c’est plus facile d’être dans l’erreur à dix que d’avoir raison tout seul -). J’ai apprécié le fait qu’on ne puisse construite sous la ligne haute tension. Dommage qu’on ait laissé construite plusieurs maisons dans le gabarit de sécurité de cette même ligne, à la rue de Maubeuge. C’est pas moi dit le Bourgmestre, ce sont mes prédécesseurs. P. Tison oublie qu’avant d’être Bourgmestre, il a été Échevin de l’urbanisme. Je me suis par contre étonné de la densité des maisons, en ce sens que les parcelles ne feront guère plus de 3 ares, puisque l’urbanisme impose 30 habitations par hectare. Cela est d’autant plus étrange que les terrains à l’arrière de la zone constructible sont existants. Aucune réponse claire du Bourgmestre.

Personnel

Modification du cadre du personnel pour le service des travaux, en créant un poste supplémentaire d’agent technique en chef au détriment d’un poste d’agent technique.

Divers

Revenant sur le problème de la signature des PV des réunions du Collège, j’ai demandé au Bourgmestre s’il n’y avait pas de contradictions par rapport à la législation. Le Bourgmestre m’a répondu avoir consulté pendant plusieurs heures la législation, pour conclure qu’il pouvait faire ce qu’il voulait sur ce sujet. Monsieur Tison a pourtant été avisé par le Ministre Courard, en janvier 2009, que les PV du Collège devaient comme les PV du conseil être approuvés et signés dès la séance suivante. Pour rafraîchir la mémoire (de plus en lus défaillante) de notre Bourgmestre, je lui ai remis une copie de ce courrier.

Huis clos

Monsieur Tison a profité du huis clos, pour proférer, plus particulièrement à mon égard, une litanie d’insultes. Ce comportement est tout à fait abject et indigne d’un Bourgmestre.

Meilleurs voeux pour 2011.

Jean-Marie Flamant

1234