Quand le PS anderlusien déraille

11 octobre 2012

Chers amis,

Il y a un peu moins d’une année, trois personnes dont les noms ont circulé dans toute la commune, « travaillant » au service travaux  ont maculé ma façade d’urine et de crachats. Plainte avait été déposée.

Ce jour, je reçois dans ma boîte aux lettres le courrier dont copie ci-après, courrier évidemment anonyme (certains sont très courageux).

Ce courrier est en fait signé. Quand on lit le commentaire sous le petit Monsieur on a compris qu’il émane du « grand » PS, TOUT PETIT, dans le cas d’espèce.

Ce qui est sympathique, c’est que ce pisseur célèbre (celui-là) pisse sur ce commentaire.

La dernière ligne du commentaire étant peu visible, voici la transcription : LES PICHEUX SERONT VAINQUEURS

A quand le changement de nom du PS ? Le PP : le parti des picheux !

 

Rendez-vous le 14 octobre.

 

Jean-Marie Flamant

Quand le PS anderlusien déraille bbb-001-218x300

La griffe de Monsieur Tison

30 septembre 2012

Chers amis,

 

Ce vendredi 28 septembre, Monsieur Tison accusait la minorité sortante d’avoir rédigé un faux en écriture en demandant la convocation d’un conseil communal. Cette affirmation est mensongère et diffamatoire.

Pour convoquer un conseil communal, dans le contexte de cette année, il faut réunir 25% de signatures de conseillers.  La minorité comportant 6 conseillers sur 21, cette condition pouvait être remplie.

Pour les deux premières demandes, ce sont les responsables de groupes qui ont signé le document. Le collège (Monsieur Tison) a rejeté ces demandes sous prétexte que tous les conseillers devaient apposer leur signature.

Une troisième demande de convocation signée par les six conseillers fut donc envoyée. Le collège nous répondit en disant qu’il y avait un problème et que notre demande était soumise à l’avis de la tutelle. Avis que nous attendons toujours deux mois plus tard. (Tout le monde a compris pourquoi).

C’est ce vendredi que nous apprenons, de la bouche du bourgmestre, le motif du refus : LA MINORITE A FAIT UN FAUX; un des six signataires étant dans l’incapacité physique de signer, a utilisé sa griffe pour marquer son accord sur la demande. Cela est tout à fait exact, et les autres signataires ne s’en sont jamais cachés. J’avais d’ailleurs consulté l’administration namuroise qui m’avait conseillé, dans le cas de mauvaise foi flagrante du collège communal, de faire un document attestant que le signataire concerné donnait, devant témoins l’autorisation d’utiliser sa griffe pour approuver le document. Le fonctionnaire (je ne citerai pas son nom, mais je le communiquerai à la justice, le cas échéant)  me disait également qu’il était à la charge du collège de faire la preuve que Monsieur Canon n’avait pas marqué son accord pour l’utilisation de sa griffe.

Le document attestant l’accord de José Canon est disponible sur le blog du MSJC     http://ms-anderlues.skynetblogs.be/

Ce soi-disant scoup est un pétard mouillé et un pétard mouillé, ça explose parfois dans la main.

Histoire de griffe : rappelons une anecdote. A l’occasion d’une passation de marché à la firme Wanty, j’avais démontré, en séance de conseil communal, que Monsieur Tison avait été dans l’impossibilité de signer de sa main, un document important. Monsieur Tison reconnut, en séance publique, que ma remarque était exacte et se justifia en disant que ce document avait été signé par sa secrétaire qui avait accès à sa griffe.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Le bac se retourne quelque fois sur le cochon, Monsieur Tison…

 

Bonne nuit.

 

JM Flamant

 

Philippe Tison et la justice

28 septembre 2012

Chers amis,

 

Nous venons d’apprendre en écoutant Antenne Centre que philippe Tison avait fait l’objet d’une visite domiciliaire de la police judiciaire. Et que selon lui, les enquêteurs auraient déclaré qu’il n’y avait rien dans  dossier. C’est tout le mal que je lui souhaite.

Mais quand il prétend que l’opposition (sous-entendu Jean-Marie Flamant) a déposé 52 plaintes dont certaines avec copie à Elio Di Rupo, c’est partiellement exact. En fait, les plaintes se résument à une dizaine (encore heureux pour Anderlues) dont une envoyée au grand chef.

Si Philippe Tison connaît aussi bien les destinataires de mes courriers, c’est peut-être parce que ces destinataires lui ont fait l’une ou l’autre remarque déplaisante quant à son attitude arrogante.

Je n’ai déposé aucune plainte contre la personne civile Philippe Tison, mais uniquement des plaintes relatives au fonctionnement de la commune, c’est-à-dire des plaintes dirigées contre le bourgmestre ou contre le collège.

En conséquence, la visite domiciliaire a été décidée sur base d’autres éléments. Peut-être des plaintes rédigées par d’autres personnes. Où alors, la PJ a décelé d’éventuels liens entre chose publique et chose privée.

Discréditer l’adversaire, c’est votre but…  Laissons faire la justice Monsieur Tison, voulez-vous (dixit le grand chef).

 

Meilleures salutations.

J-M Flamant

Anderlues et les travaux publics

25 septembre 2012

Bonjour,

 

Lors d’un contact fortuit, un responsable de la commune s’est montré très en colère à mon égard suite au fait qu’il devait continuellement se justifier auprès de la police judiciaire pour des prétendues malversations dans le déroulement des travaux publics.

 

Je rappelle à cette personne, ainsi qu’à tout ceux qui pourraient être amenés à devoir se justifier, que j’ai dès le début du chantier de la place, attirer leur attention sur des anomalies importantes. A l’époque, tant l’échevin des travaux que le bourgmestre ont catégoriquement refusé de m’écouter et de collaborer. C’est devant ce mur de silence et de blocage que j’ai été contraint d’avertir dans un premier temps les autorités de tutelle, puis plus tard -puisque cette dernière ne répondait pas – la justice de Charleroi.

En faisant cela, je n’ai fait que mon travail de conseiller, soucieux de la bonne utilisation de l’argent public. Notre argent.

 

Maintenant, si les autorités de notre commune n’ont rien à se reprocher, ils ne doivent rien craindre. Nous sommes dans un pays de droit.

 

Meilleures salutations.

Jean-Marie Flamant

La démocratie à Anderlues

16 septembre 2012

Chers concitoyens,

Voici venu le temps des élections communales.

Comme vous l’avez sans doute appris, je me présente sur une liste commune MSJCanon – CDH. 

Malgré six années d’investissement dans la défense des droits de chacun, je considère que mon travail n’est pas terminé. D’ailleurs, quand on se charge de défendre la démocratie, le travail n’est jamais terminé. On peut avoir l’impresion que la démocratie est un leurre et qu’il ne s’agit que d’un rapport de forces. Faisons en sorte qu’il n’en soit pas ainsi. Voilà pourquoi, je reviens vers vous pour vous demander votre soutien.

Pour preuve, on vient de vivre deux nouveaux exemples de déni de démocratie :

- Sur la liste MSJCanon – CDH, figurait un candidat commerçant. Quatre jours avant le dépôt des listes, cette personne a reçu la visite d’éclaireurs du PS lui proférant des menaces de représailles dans le cas où il maintiendrait sa candidature. Face à ces menaces, l’intéressé a eu peur et il a retiré sa candidature.

- Le lendemain du dépôt des listes, un parent d’une candidate de la liste MSJCanon – CDH a reçu la visite de la police pour soi-disant occupation illégale du domaine public. Police envoyée par Monsieur Tison en personne. Il se fait pourtant, que cette personne avait en main les autorisations requises de la commune. (Monsieur Tison doit aller se justifier prochainement devant le tribunal de Charleroi pour un fait semblable. Cela ne l’empêche pas de persister).

 

Tout cela est particulièrement honteux et indigne d’une personne qui représente la plus haute autorité de la commune. Cette personne est aussi le patron du PS de l’arrondissement et un des conseillers particuliers du ministre Furlan.

 

Anderlusiens, n’ayez plus peur. Rompez ce cercle vicieux du règne de la terreur.  

 

Merci et à très bientôt.

 

Jean-Marie Flamant, numéro 3 sur la liste 3 MSJCanon- CDH

 

Conseil communal du 27 juin 2012 à Anderlues

1 juillet 2012

 

Veuillez tout d’abord excuser ce long silence (trois mois).  Je n’y suis pour rien, le seul responsable est Philippe  Tison qui a utilisé toutes les ficelles du politicien dans ce qu’il a de plus négatif pour empêcher les conseillers de la minorité d’avoir accès aux informations.  En effet depuis 14 semaines, plus aucun conseil communal; depuis 19 semaines, plus aucun accès aux procès verbaux du collège communal. C’est un véritable déni de démocratie.

L’ordre du jour comprenait 57 points. Monsieur Tison a eu le toupet de proposer le vote global des 57 points argumentant que le conseil communal ne changerait strictement rien aux décisions. Même si cela est vrai dans les faits, je reste convaincu que le débat est utile ne serait-ce que pour mettre en évidence les nombreux manquements du collège communal. C’est une prérogative du conseil que de contrôler le collège, n’en déplaise à notre despote de bourgmestre.

 

Voici les principaux points présentés et parfois débattus :

 

Conseil communal des enfants :

Présentation des conseillers élus.

 

Comptes 2010 :

La tutelle a répondu à mon courrier de fin 2011 qui dénonçait d’importantes anomalies dans la manière d’enregistrer les recettes. Elle me donne entièrement raison sur ma plainte et impose à la commune une correction lors de l’établissement des comptes de 2011. Monsieur Tison a évidemment escamoté l’information. A l’époque, il pensait me donner une leçon de comptabilité en prétendant qu’une commune pouvait inscrire en recette des droits constatés jusqu’à la date du 31 mars de l’année qui suit la date de clôture des comptes.

 

Modification budgétaire :

La première modification budgétaire de l’exercice 2012 conduit à une dégradation des résultats budgétaires de 770000 € avec un impact évident direct sur le résultat de l’exercice propre qui devient un mali de 515000 €.

Dans cette MB on notera par exemple une majoration de 150000 € des charges d’emprunts, emprunts qui étaient pourtant tous connus au moment de l’établissement du budget en fin d’année 2011. On notera également au passage et à titre d’exempole, pour montrer le manque de sérieux du suivi des intérêts de la commune, une majoration de la consommation d’eau à l’école du centre pour arriver à un nouveau budget de 17000 €. Cela fait une consommation d’eau ramenée à l’enfant, cinq fois supérieure à celle constatée dans d’autres établissements scolaires de la commune. Questionné sur cette anomalie, le bourgmestre répond qu’il y a une fuite importante d’eau depuis trois ans conduisant à une consommation journalière de 8000 litres. Et que SWDE interpellé sur le sujet n’est jamais venu voir. A ma connaissance, un compteur ne comptabilise que la consommation et les fuites survenant dans l’installation du client  et non pas d’éventuelles fuites sur la conduite SWDE. Il s’agit donc d’une graves défaillance de gestion communale. Ce genre de constat est récurrent. Malheureusement.

La commission budgétaire composée de Monsieur Tison de Madame Dozier et de Monsieur Calla est tenue de formuler  des commentaires. Ceux des deux derniers nommés sont quelque peu détaillés et fondés. Celui de Monsieur Tison est tout à fait laconique et d’une banalité sans égal. C’est ainsi qu’en période de distribution de prix j’ai accordé un bon point à la secrétaire communale, deux bons points au receveur communal et un énorme bonnet d’âne au bourgmestre qui est aussi et antre autres l’échavin du budget et l’échevin des finances.

 

ADL :

Approbation des comptes 2011.

 

Séjours pédagogiques :

Approbation des comptes 2011.

 

Sports Délassements :

Approbation des comptes 2011.

 

Plan de cohésion sociale :

Rapport annuel, comptes 2011,

J’ai demandé à obtenir pour l’avenir un rapport de synthèse permettant d’évaluer globalement l’action du PCS. Le budget de ce service est de 220000 € Ma demande a été prise en considération par l’échevin en charge .

 

Diverses asbl et associations :

Approbation des comptes. cotisations. octroi de subventions.

 

Fibre optique centre culturel :

Dans le cadre de l’installation d’une fibre optique reliant divers bâtiments communaux, le fournisseur a demandé et obtenu du collège un supplément de plus de 4000 €. Le collège a été incapable d’expliquer les tenants et aboutissants de cette affaire. On a donc accordé à ce fournisseur une somme de 4000 € sans se poser de question.

On sait qu’il s’agit d’un problème de passage de fibre mais impossible de savoir qui est responsable de cette situation. Nouvel exemple de gestion approximative et coûteuse de notre commune.

 

Maison de la cohésion sociale :

Remplacement de la toiture.

J’ai insisté pour que ce bâtiment réponde aux normes en matière de protection incendie. C’est ainsi  que j’ai fait remarquer l’absence d’exutoire de fumée. Monsieur Tison manifestement dérangé par ma remarque s’est contenté de dire que de toute manière, il ya toujours des suppléments. Heureusement, l’échevin des travaux m’a donné entièrement raison et va faire modifier le cahier des charges. Cela coûte toujours moins cher de faire bon de prmer coup. Mais comme ce n’est pas son argent Notre bourgmestre s’en moque éperdument.

 

Caméras de surveillance :

Approbation du cahier des charges.

 

Cité Jonas, cité de la ferme, rue de l’économat, cité nouvelle :

Principe de réalisation d’emprises. Inscription au budget 2013 pour la désignation d’IDEA  qui réaliserait les emprises. Espérons qu’ilk ne s’agit pas d’une simple promesse électorale comme ce fut le cas en juin 2006.

 

Abribus :

Décision de placement de nouveaux abris. Réalisé avant fin de l’annéen, nous promet-on.

 

Piscine :

Approbation de l’avant-projet de la mise en conformité des installations. Oui, vous avez bien lu… avant-projet… On a aussi approuvé l’avenant 4 de la phase II.

Et dire qu’il y a plus e 5 ans, Monsieur Tison et consorts nous prétendaient que toutes les études étaient terminées à plus de 90 % et que c’était la raison pour laquelle, il ne fallait surtout pas entamer une nouvelle procédure d’attribution du marché des études. Encore un mensonge !

 

Eclairage public :

approbaton du cahier des charges pour le remplacement des luminaires de certaines rues.

 

E‰cole du centre :

Approbation de l’avant-projet.

 

Rue de Chèvremont :

Décision de réalisation d’une emprise pour supprimer l’étranglement.

 

Rues Chèvremont – Culot du bois -  - aux fleurs :

Approbation du cahier des charges pour l’égouttage et la voirie dans le cadre du plan triennal 2010 – 2012. Impossible de connaître une date de réalisation malgré ma lourde insistance.

 

Malterie :

Décompte final s’élenant à 1072000 €. Et les travaux extérieurs ne sont même pas terlminés. Ne parlons pas de l’intérieur. ‘est proprement scandaleux de dépenser ainsi l’argent cu contribuable. Même l’échevin des travaux partage cet avis.  Il faudra encore plus d’un million pour achever tous les travaux. Pour un bâtiment qui srvira à quoi ?

 

Enseignement :

Nouveau réglementde travail.

Nouveaux projets éducatif. et pédagogique.

Nouveaux réglement d’ordre intérieur.

 

Jugement :

En première instance, la commune d’Anderlues a été condamnée à payer plus de 55000 € aux écoles libres en compensation d’avantages sociaux accordés de manière discriminatoire.

Le conseil a décidé d’alkler en appel.

Il est remarquable de constater que pour les nombreux procès initiés ou pas par la commune durant la présente législature, la commune n’en a gagné aucun. C’est un signe.

 

Divers :

1. Quand une entreprise est amenée à bloquer l’accès d’une voirie, pour un
temps déterminé, quelle est la procédure à suivre ?

Il faut une ordonnance du bourgmestre qui doit être affichée.

2. Dans la délibération du collège qui octroie le permis d’urbanisation pour la ZACC Taillette – Jonas, on observe que pour l’attendu qui traite de l’éventuelle pollution, le fonctionnaire délégué se base sur l’avis du collège qui déclare que la pollution n’est pas avérée. Plus étonnant la suite du texte qui nous apprend qu’une telle argumentation doit être infirmée. Que signifie tout cela ?

Par ailleurs, on ne trouve dans cette délibération aucune allusion à la problématique des niveaux rez + 3 pour certains immeubles !

Le bourgmestre persiste et signe en disant que la pollution n’est pas avérée. Etrange quand on sait que les spécialiste de GEOSAN qui ont effectué les prélèvements disent dans leurs conclusions que pour être plus formel sur la pollution, il faudrait réaliser d’autres prélèvements, ce qui n’a jamais été fait. Il reviendrait donc aux riverains de faire la preuve qu’il y a de la pollution. Merci les services publics. Quant aux immeubles de niveau rez – 3, on ne changera rien dixit le fonctionnaire délégué.

3. Qu’a donné la dernière réunion entre le service travaux de la communeet les services d’ORES au sujet de l’installation de l’éclairage dela place ?

ORES commencera prochainement. !!!

4. Quelle suite accorde le collège à mon courrier traitant de la sécurité routière dans la rue des Combattants ?

L’écevin des travaux chargé par Monsieur le bourgmestre, de me répondre me parle d’une rénovation des trottoirs dans les prochaines années (ce que j’entends depuis six ans). Je remercie donc mon interlocuteur de répondre à une question que je n’ai pas posée. Il me demande alors quel est le problème? Je lui rétorque que j’ai envoyé un courrier au collège dont il fait partie. Il prétend ne pas avoir connaissance de ce courrier, ce qui signifierait qu’il a été détruit par un membre de l’administration ou un membre du collège. Ce courrier était très positif. Je proposais de distribuer un toute boîte aux habitants de la rue leur rappelant les consignes de stationnement  et je demandais d’apposer un avis sur le mur du cimetière indiquant les emplacements de stationnement. Même ça, c’est trop. Dommage !

Merci pour votre fidélité.

Jean-Marie Flamant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseil communal d’Anderlues du 20 mars 2012

28 mars 2012

Voici le compte-rendu du conseil communal d’Anderlues du 20 mars 2012 :

 

Centre culturel :

 

Présentation des comptes 2011 et du budget 2012 : Plusieurs questions ont été posées; Toutes restées sans réponses. L’échevin en charge du centre culturel était pourtant présent mais souffrant. Nous espérons avoir les réponses lors du prochain conseil communal.

 

Accueil  extra-scolaire :

 

Modification du règlement d’ordre intérieur. Paiement au quart d’heure plutôt qu’à la demi-heure comme auparavant.

 

Acquisition de matériel :

 

- une balayeuse pour 235000 €

- un conteneur camion pour 10000 €

- un désherbeur à eau chaude pour 50000 €

Si avec tout cela, Anderlues reste toujours aussi sale, je n’y comprends plus rien.

 

- achat d’une enseigne pour le centre culturel pour 6300 €

C’est beaucoup  d’argent pour une asbl qui est endettée à hauteur de 84000 €

 

Chauffage hôtel de ville :

 

Un budget de 20000 € pour faire un examen de la régulation et apporter les corrections éventuelles.

Enorme ! Avec un tel budget, on place de nouvelles chaudières à condensation équipées d’une régulation moderne.

 

Marchés publics divers :

 

Lancement de nombreux projets. Année électorale oblige.

 

- Aménagement de l’étage de la Maison de la Cohésion Sociale pour une estimation de 60000 €

- Travaux à la salle omnisports pour un montant de 50000 €

- Mise en peinture intérieure et extérieure  de la maison communale pour un montant de 50000 €

- Remise en état de l’abri du parc Janson pour un montant de 14000 €

- Remplacement des châssis de l’école des Bruyères pour un montant estimé de 67000 €

- Remplacement toiture école Polvez pour un montant estimatif de 60000 €

- Pose de portails et de clôtures au terrain des sports de la rue de Maubeuge. Pour 10000 €

- Entretien ponctuel des voiries pour 2012. Budget : 200000 €

 

Place Paul Pastur :

 

Le décompte final avait été présenté au conseil du 28 décembre 2011. De manière précipitée sans doute puisque, selon le collège, un bug informatique avait conduit à une erreur de près de 200000 €. Il a donc été représenté avec, cette fois, des pièces justificatives.

Dans les pièces justificatives, il y a un chapitre qui traite des dépassements de certains postes.

Ainsi, le poste  relatif aux fondations des murs de soutènement pour lequel, l’auteur de projet avait prévu la confection d’un radier en béton armé coulé en coffrage dont le cubage estimé était de 170 m3. Le cubage facturé est de 197 m3.

IRETREC justifie ce dépassement par le fait qu’ayant opté pour une autre technique, celle des éléments préfabriquéq en lieu et place de murs en béton armé coulé en coffrage, l’entrepreneur a dû augmenter le cubage des fondations puisque la base des L  préfabriqués est plus importante que la base des murs initialement prévus.

Quand on sait que l’entrepreneur, avec la bénédiction des surveillants communaux et des responsables d’IGRETEC, n’a pas déposé un seul litre de béton et encore moins un seul kilo de ferraillage sous les L en béton, on peut prétendre qu’il s’agit ici d’un faux en écriture. S’agissant de béton à 600 € le m3, on parle ici de plus de 100000 € d’argent public jeté par la fenêtre. Heureux sont ceux qui étaient à ce moment-là sur le trottoir.

Il n’est pas inutile de rappeler  que le changement de technique adopté pour les murs de soutènement a également conduit à un moindre coût de plusieurs centaines de milliers d’euros. De cela, aucune explication dans le DF d’IGRETC.

Le plus grave, me semble-t-il, c’est que après avoir attiré l’attention de toute l’assemblée sur l’existence d’un faux en écriture et après avoir signifié aux membres du collège , la gravité de la situation dans laquelle il se plaçait, la Majorité PS - MR, dans son ensemble a aprouvé le DF sans sourciller.

Les leçons de Charleroi ne servent vraiment à rien.

Quand on constate une telle monstruosité sur un poste, on peut se demander ce qu’il en est des 99 autres postes du DF.

 

Règlement de police :

 

Arrêt des dispositions en cas de panne des feux tricolores du carrefour du monument

 

Plan communal d’aménagement :

 

Le pentagone limité par la chaussée de Charleroi, la rue de la Gendarmerie, la rue Janson, la rue St Jean et la chaussée de Thuin fait l’obet d’un PCA. J’invite les personnes intéressées à se rendre nombreuses à la réunion d’information qui aura lieu le 4 mai à 14 heures. L’heure est très mal choisie, sans doute, mais pour les fonctionnaires il n’y a pas de problèmes.

 

Bibliothèque :

 

Mise en place d’un conseil de développement de la lecture.

 

Merci pour votre bonne attention.

 

Jean-Marie Flamannt

 

 

-

 

 

 

Conseil communal du 28 décembre 2012 à Anderlues

7 janvier 2012

Chers visiteurs,

 

Voici le compte-rendu du conseil communal du 28 décembre dernier.

 

Cimetières :

1. Fixation du prix des concessions et renouvellements :

- 500 € pour une concession pleine terre. Prix identique pour le renouvellement après 20 ans.

- 600 € et 900 € pour une concession de caveau respectivement de 3 et 6 personnes. Prix identique pour le renouvellement après 20 ans.

- columbarium simple : 200 €; columbarium double : 400 €

2. Une parcelle a été réservée pour les personnes se réclamant du culte islamique. A ce propos, j’ai (re)demandé, pour la troisième fois, ce que signifiait l’expression « première inhumation en terre vierge ». Réponse quelque peu hésitante et embarrassée du bourgmestre : on ne peut enterrer un défunt que dans une terre qui n’a jamais été occupée auparavant, la même règle de concession et renouvellement étant appliquée. Ce qui constitue, pour moi, une incohérence, puisque le respect de cette condition équivaut à une concession à perpétuité. Contraire à la loi actuelle. A cette remarque, le bourgmestre répond « courageusement » que le problème se présentera dans 20 ans ou dans 40 ans, quand la concession ne sera pas renouvelée !

 

Régie communale « Séjours pédagogiques en Belgique et à l’étranger »

Adoption du budget.

Notons que l’appellation de cette régie est sibylline. On devrait plutôt la nommer « Séjours à Gigondas » puisque le budget n’est relatif qu’à cela.

On notera aussi la pléthore d’accompagnants pendant toute la durée du séjour : dix adultes pour 23 enfants. Tous frais payés !

 

Budget communal :

Le budget présenté succinctement par le bourgmestre est à l’équilibre. J’ai posé de nombreuses questions dans le but d’apporter des éclaircissements sur certains postes pour lesquels je pense qu’il y a des problèmes d’évaluation. Malheureusement, je n’ai obtenu aucune réponse, le bourgmestre restant avec le doigt dans sa bouche ou répondant n’importe quoi.

Le budget extraordinaire qui reprend tous les investissements financés par des subsides et des emprunts (dix millions), s’élève à près de 22 millions d’euros. Il s’agit le plus souvent de projets s’étalant sur plusieurs années. Parmi ces projets, il y a la mise en conformité du Douaire pour 9 millions d’euros et la construction d’un nouveau bâtiment scolaire au centre pour trois millions d’euros. Ces deux projets sont, pour moi, démesurés. Je suis intimement convaincu que le projet Douaire est fantaisiste ou alors, le législateur est à côté de ses pompes. Pour ce qui concerne la construction d’un bâtiment scolaire, là aussi, il y a d’autres solutions à envisager, beaucoup moins onéreuses. Même si ces projets sont largement subventionnés, il s’agit tout de même de 12 millions d’argent public, d’où qu’ils viennent. Par les temps qui courent il y a, me semble-t-il d’autres priorités.

Indépendamment du bienfondé ou pas de ces projets, ainsi que d’autres, il est anormal que le budget 2012, prenne la totalité des dépenses en compte. Seulement la part dépensée dans l’année devrait être prise en compte.  A cette remarque, le bourgmestre répond qu’il est obligé de pratiquer de la sorte. Pourquoi alors, la tutelle demande de pratiquer comme je le propose. Ce n’est qu’une recommandation, dit alors le même bourgmestre. C’est quand même regrettable que notre bourgmestre réponde n’importe quoi aux questions posées par la minorité. Et il le fait avec tellement d’aplomb que tout le monde, ou presque, tombe dans le panneau. Il est indispensable de vérifier chaque allégation du bourgmestre. C’est regrettable !

A noter aussi qu’il n’y a, pour ainsi dire, aucun investissement qui va dans le sens de l’amélioration du quotidien de chacun d’entre-nous.

A propos du budget, je vous invite également à lire le précédent article de mon blog.

 

Plaine de jeux 2011 :

Approbation des comptes.

 

Rue de la Perche :

Approbation du décompte final

 

Place Pastur:

Le décompte final a été présenté.

J’ai posé des questions sur les dépassements importants de plusieurs postes. Aucune explication.

Deux postes font particulièrement problème : Celui relatif aux fondations des murs de soutènement prévues en béton armé  (170 m3 au métré). Bien que pas un seul litre de béton n’ait été coulé dans les fondations, le DF stipule qu’il y en a 197 m3. Par ailleurs, il est étrange d’observer qu’un état d’avancement antérieur, signé par tous les responsables, certifiant sur l’honneur, la justesse des chiffres, fait état de 212 m3 pour ce poste. L’autre poste traite des murs de soutènement prévus en béton armé coffré, au cahier des charges, pour lesquels, le métré prévoyait 500 m3. Ces murs ont été réalisés, sans accord formel de la commune malgré la demande de l’entrepreneur, avec des éléments préfabriqués 5 fois moins coûteux. Le DF fait état de 359 m3. Ici aussi, un état d’avancement antérieur faisait état de 447 m3. Si tout cela n’est pas du tripotage,  dites-moi ce que c’est ! Rappelons que le prix unitaire de ces m3 sont respectivement de 500 € et 1000 €.

 

Agents constatateurs :

Résiliation de la convention avec la commune de Binche. Raison : Manque d’efficacité des agents. Le bourgmestre va désigner une ou des personne(s) d’Anderlues.

Espérons que la raison invoquée soit la bonne. Espérons également que la commune d’Anderlues ne risque aucune poursuite pour rupture de contrat illégale.

J’en suis arrivé à un point où je mets tout en doute.

 

 Marché public :

Encore un procès perdu par la commune. Cout : 20000 €. Raison : Il y a quelque temps, le collège communal d’Anderlues a décidé de ne pas accordé un marché public à la société Pirlot alors que son offre était la meilleure. Et ce, sur conseil du commissaire voyer, nous dit le bourgmestre.  L’entreprise a déposé plainte et l’avocat de la commune a conseillé de payer une indemnité de 20000 € à Pirlot, jugeant, qu’en cas de procès, la commune serait condamnée.

Voilà ce qui arrive quand on ne respecte pas les règles. Ce que je dénonce depuis des années.

 

Divers :

Question 1 :

Après l’octroi d’un permis d’urbanisme, les riverains ont le droit d’introduire un recours auprès du Fonctionnaire Délégué, dans un délai fixé par la loi. Pour ce faire, il faudrait d’abord que les riverains soient informés de l’octroi du permis.

Dans le cas du projet zacc de la Taillette, les riverains ont constaté, par hasard, (modification, par le promoteur, de la procédure de vente des biens, construits ou pas) que le permis d’urbanisme avait été accordé depuis plus d’un an. Et cela, pour un projet essentiellement différent de celui qui avait été présenté lors de l’enquête publique.

Que reste-t-il aux riverains comme possibilité pour faire modifier ce projet ?

Que peut-on faire pour que telle situation ne se représente plus à l’avenir ?

 

Réponse du bourgmestre :

J’ai reçu les riverains pour ré-expliquer les tenants et aboutissants de ce projet. A mon avis, dit-il encore, il y a peu de chance que le Fonctionnaire délégué change quoi que ce soit au permis d’urbanisme. Dans l’avenir, ajoute-t-il, on ne saura rien faire pour éviter ce genre de problème.

Pour la petite histoire, sachez que Monsieur Tison a reçu un riverain et encore, c’était sur insistance appuyée de ce dernier. Quand je vous dit qu’il faut tout vérifier!  Cela en devient d’ailleurs très pénible.

 

Question 2 :

Quand auront lieu les deux derniers conseils communaux de 2011 ? (ndlr : le code de la démocratie impose dix conseils communaux sur une année. Cette année, le bourgmestre n’en a convoqué que huit)

 

Réponse du bourgmestre :

En raccourci : C’est comme ça, c’est tout.

Et d’ajouter à une question du groupe MSJC qui s’inquiétait, à ce même propos, du manque de respect de la démocratie, la démocratie…, je m’en fous (ou quelque chose d’équivalent).

 

Meilleures salutations à tous et encore meilleurs vœux  pour 2012.

Jean-Marie Flamant

Philippe Tison arrogant et … incompétent

2 janvier 2012

Avant de poster le compte-rendu du dernier conseil communal de 2012, je tiens à vous faire part de ma plus vive réaction à une intervention télévisée de notre bourgmestre.

Jeudi soir (29 décembre 2012) sur les antennes de ACTV, Philippe Tison, en grand spécialiste du budget, avait la prétention de donner une leçon de comptabilité communale aux conseillers de l’opposition. Mal lui en a pris !

Il disait, de manière arrogante et péremptoire, que le budget extraordinaire n’impactait en rien le budget ordinaire. Pour faire ce genre d’affirmation, le bourgmestre a choisi de s’adresser à la presse plutôt que de s’en expliquer en séance. Courage, ne prenons aucun risque !

Si Monsieur Tison a raison, qu’il nous explique pourquoi en première page du récapitulatif du budget du service ordinaire 2012, à la quatrième ligne intitulée DETTE (comprenez, poids de la dette constitué du paiement des intérêts de l’année et de la tranche annuelle du remboursement du capital), le réalisé de l’année 2010, d’ailleurs équivalent à celui des cinq années antérieures, est de 975000 € et que le budget de l’année 2012 s’élève à 1287000 €. Toutes choses devant restées, peu ou prou, égales (des anciens emprunts arrivent à échéance et de nouveaux emprunts apparaissent) , on peut conclure que les nouveaux  investissements chiffrés au service extraordinaire de 2012, ont un impact sur le service ordinaire, au moins équivalent à la différence entre les deux chiffres, à savoir la modique somme de 312000 €.

Comme, seulement quelques projets seront menés à bien durant l’année 2012, tous les emprunts prévus ne devront pas être contractés et cette somme ne sera pas dépensée. Encore heureux ! Mais, elle constituera un coussin pour le collège, qui lui permettra de présenter des modifications budgétaires pour augmenter tous les postes du service ordinaire qui ont été sous-évalués lors de l’élaboration du présent budget. Sans dégrader le résultat des comptes annuels.

L’effet pervers de cette manière de travailler, est que les différents services communaux ne se sentent pas obligés de respecter leur enveloppe puisqu’ils savent qu’il subsiste de la réserve.

Une autre conséquence du manque de réalisme du budget extraordinaire,  est que nos citoyens ne peuvent pas profiter de l’utilisation du réel boni dégagé, pour des réalisations qui amélioreraient leur quotidien.

Quant on sait que Monsieur Tison , bourgmestre d’Anderlues, aussi ‘échevin du budget, profère de telles inepties, on est en droit, je dirais même plus, on a le devoir de s’inquiéter. Ou bien, il ne sait pas ou… ne comprend pas, ou bien il ment. Dans les deux cas, c’est interpellant.

 

Merci pour votre attention.

Meilleurs vœux de santé, de bonheur et de réussite à toutes et à tous.

Jean-Marie Flamant

De qui se moque notre bourgmestre ?

17 décembre 2011

Ce 17 décembre 2011, les riverains de la zacc de la Taillette ont été conviés à une séance d’information suite au projet d’urbanisation introduit auprès de l’urbanisme par la société PROMO SA. Cette séance était animée par des représentants de la société immobilière ainsi que par des représentants de la commune. On a noté et regretté (l’inadmissible) absence de l’échevin de l’urbanisme qui n’est autre que le bourgmestre en personne.

Les nombreux riverains présents à cette séance étaient en quête d’informations sur le type d’habitations (plus de cent logements) qui seront construites, sur la problématique de l’égouttage, sur les gabarits des constructions, sur l’avenir de la cité Jonas, etc…

Très vite, on s’est rendu compte de l’inutilité de notre démarche puisque tout était déjà écrit dans le marbre. Le véritable motif de la réunion d’aujourd’hui résidait uniquement dans le changement des modalités de vente des terrains bâtis ou non, par lot. L’avis reçu par la population laissait croire à tout autre chose.

Aucun participant n’a remis en cause l’utilité de cette zacc. Mais, plusieurs inquiétudes  sont clairement apparues. Ainsi, le risque d’inondation, liées aux eaux de ruissellement,  pour certaines propriétés situées en contrebas, la vue complètement bouchée, pour certains, par deux immeubles à appartements rez+3, la faible superficie des logements, les risques liés aux cités, etc…

On nous a clairement fait comprendre  que tout était figé et qu’il aurait fallu introduire des recours juste après la délivrance du permis d’urbanisme en 2010. Encore aurait-il fallu connaître son existence. Beaucoup de participants ont découvert aujourd’hui qu’il existait.

Pour ce qui me concerne, j’ai eu accès au PV du collège qui traitait de ce point plusieurs mois après son traitement. De toute manière bien après l’expiration du délai légal pour introduire un recours. Cette procédure, propre à Anderlues, de bloquer l’accès aux PV du collège n’est évidemment pas innocente. Pour preuve.

En son temps, le bourgmestre avait promis d’intégrer la problématique de la cité Jonas dans ce vaste projet de la zacc. En effet, pour ainsi dire l’unanimité des habitants de cette cité, demande un raccordement à l’égout et une prise en charge de la voirie par la commune. Rien de tout cela. C’est regrettable.

Le bourgmestre continue à infantiliser ses administrés, à faire fi de leurs avis. C’est profondément antidémocratique. On comprend, une nouvelle fois, pourquoi son refus d’instaurer une CCATM, lieu ou, par excellence, le citoyen peut formuler son avis.

Merci et meilleures salutations.

Jean-Marie Flamant

12345...16